Accueil L'Association Les nouvelles Les bulletins Nos pensionnaires Adoptions Bénévolat Nous aider Contacts

LES NOUVELLES, ANNEE 2016 Arch

 

Nos vœux 2016

Je m'aperçois que nous sommes à la fin du mois de janvier et il ne nous reste que quelques jours pour vous présenter nos traditionnels vœux. Je ne vois pas le temps passer, les nombreuses occupations ne nous laissent pas le loisir de compter les jours, quotidiennement nous avons rendez-vous avec un nouvel événement qu'il soit triste ou joyeux et, la « tête dans le guidon », nous essayons d'accomplir notre mission au mieux. J'attaque le rapport d'activités 2015, il y a aussi les reçus, tout ça en plus de notre quotidien pas toujours simple.

Mais il y a des règles de savoir-vivre comme les vœux annuels qui font partie de nos traditions et nous permettent de garder des liens avec les personnes que nous aimons, dont vous faites partie.
Bien sûr, nous vous souhaitons le meilleur pour 2016 et que vos vœux les plus fous se réalisent, mais je pense que la santé fait partie de ce que nous désirons le plus pour nous et notre entourage, alors très bonne santé à tous ! Je ne peux passer sur la misère animale qui ne fait qu'augmenter avec les élevages intensifs, les abattages douloureux et insupportables, les ventes d'animaux de plus en plus nombreuses, la reproduction à tout prix, la corrida et cette souffrance qui dure, qui dure et qui n'en finit pas ! Oui, nous voulons, nous espérons, nous souhaitons un monde meilleur pour les animaux qui chaque jour, chaque minute payent un lourd tribu dans une société quasi indifférente.

Merci à vous qui nous avez secondé toute l'année 2015 par votre contribution régulière, vos journées de bénévolat et pour certains, merci pour les petits envois affectueux (colis!), c'est vraiment formidable et ça fait chaud au cœur, enfin à vous qui nous suivez, recevez notre sincère gratitude, vous avez encore cette année, fait battre le cœur du refuge !

Il serait de bon aloi que j'ajoute à nos vœux, quelques nouvelles car nous en sommes restés à 2015 et seulement au mois de mai, je ne voudrais pas que vous pensiez que notre retard est du à de la négligence. J'ose espérer pour cette année 2016, une mise à jour dans les temps !
Cette fois ce sont deux histoires de chien que je vais vous raconter, elles se sont passées en mai 2015. Celle de Bella est une trop banale histoire d'abandon, bien triste certes et celle de Tayson est le récit du martyre d'un chien, passé de mains en mains, qui ne doit sa survie qu'à son caractère battant et sa force hors du commun. Tayson ne voulait pas mourir !

A bientôt pour d'autres lignes que je voudrai plus douces mais, malheureusement nous vivons au rythme des maltraitances qui quelquefois, Dieu merci, ont une fin plus heureuse.        

Les événements de janvier 2016

ELFY, tu reviens de loin...


Cette année 2016 a commencé, comme souvent avec des soucis, je dirai même de grosse larmes, des joies et une histoire dramatique qui s'est terminée merveilleusement puisqu'Elfy est parmi nous et surtout, en pleine forme !
Et oui, c'est bien de la jument de Camille dont je veux vous raconter les péripéties stressantes qu'elle nous a fait vivre ce mois de janvier. Plusieurs d'entre-vous, mis au courant, attendent des nouvelles et j'ai plaisir à leur dire que tout va bien.

En effet le 4 janvier, Elfy ne va pas bien, elle est en colique et nous sommes très inquiets. La vétérinaire est venue dès le matin et a pratiqué les soins habituels dans ces cas là, sonde œsophagienne, huile de paraffine, piqûres antispasmodiques etc, etc. Le matin Camille ne l'a pas quittée elle a été remplacée dans son travail et dans la journée, la jument semblait mieux, elle s'énervait un peu au box n'étant pas habituée, car elle vit dans un enclos avec abri, en liberté.
Vers 17heures, Camille a voulu faire sa tournée comme d'habitude et j'ai pris le relais de la surveillance. Je sentais notre Elfy d'abord nerveuse, puis d'un coup en souffrance au point de lui refaire une piqûre pour la calmer, puis en regardant ses muqueuses j'ai eu l'impression d'un début de cyanose, le rose des gencives était en train de bleuir légèrement et je me suis affolée, appelant à nouveau la vétérinaire qui me promet de venir au plus tôt. Entre temps la jument se dégrade très vite, elle a tendance à perdre l'équilibre et je me rends compte après auscultation que le cardiaque est très haut et en plus, elle a de la température !
Camille est dans tous ces états quand notre vétérinaire arrive et l'examen clinique n'est pas bon. J'avais vu juste et Cécile notre véto ne veut pas prendre de risque, elle met la jument en perfusion et pense que seule une chirurgie peut sauver la belle Elfy, le colon n'étant plus en place, elle risque une torsion et là on ne pourrait plus rien faire.
Je connais bien ce genre de chirurgie très lourde et onéreuse mais je n'ai jamais refusé de la faire quand le cheval est assez jeune pour la supporter. Je suis toujours allée jusqu'au bout et au refuge, deux chevaux ont subi ce genre d'intervention, ils sont bien là, Pampéra a été opérée en 1993 et a déjà fêter ses 30 ans l'an dernier, c'est d'ailleurs le même Docteur Martin, d'Aix en Provence qui s'en était occupé à l'époque.

Voilà Pampéra qui a entamé la trentaine d'année, et se porte plutôt bien !

 

Nous avons aussi Oxygène qui a subit une intervention similaire et qui se porte à merveille même s'il reste un peu fragile, voilà déjà 15 ans qu'il a été opéré.

Le bel Oxygène, anglo-arabe de 22 ans, se porte à merveilleux 15 ans après une chirurgie de colique !

 

C'est donc dans la nuit du 4 au 5 janvier qu'Elfy prend la direction de la clinique d'Aix en dernier espoir. Camille et Mady l'accompagnent. Mille merci à notre vétérinaire qui a mis son camion à disposition et a elle même fait le chauffeur très gentiment car la belle voyage très mal en van et nous avions besoin de mettre tous les atouts de notre côté. Elle ne pouvait pas être mieux accompagnée que par notre vétérinaire, c'est formidable !
Après un voyage stressant mais bon, Elfy est installée dans son box clinique et sera opérée dans la foulée. C'est une très lourde chirurgie et Camille est dans tous ses états mais elle garde confiance et tout se passe pour le mieux.
Il faudra encore des soins intensifs et douze longs jours de clinique avec de grosses complications médicales, qui ont a plusieurs reprises remis en doute le pronostic vital de la jument. Mais c'était sans compter sur son caractère et sa rage de vivre, elle s'est battu comme une chef et a pu enfin s'en remettre et revenir au refuge le 16 janvier.
Camille vous raconte le suivi et ses visites à Aix chaque fois qu'elle le pouvait :

"Je ne souhaite à aucun propriétaire de chevaux de vivre ce qu'Elfy et moi, on a enduré. Certes, je suis consciente que ma jument n'est pas éternelle, mais elle n'a que 17 ans, encore tant de belles années devant elle et surtout, je la croyais intouchable. Grande, costaud, toujours la pêche, gourmande comme personne, un caractère bien trempé (comme moi!!), jamais un soucis de santé... Elle est ma guerrière et je ne pensais que rien, jamais, ne la mettrait à terre. Malheureusement, les choses ne se passent pas toujours comme on le voudrait et les coliques peuvent toucher tous les chevaux, quels qu'ils soient, et quels que soient les soins et l'amour qu'ils reçoivent au quotidien.

Bref, durant les 12 jours de clinique de ma jument, j'ai pu aller la voir un jour sur deux ; 4 h de route à chaque fois, des frais de gazoil et de péage conséquents, de la fatigue qui s'ajoute à l'inquiétude, et puis surtout qu'au refuge, il restait quelques 245 chevaux qui ont besoin de nous et je ne pouvais pas tout laisser à mes collègues, qui m'ont néanmoins beaucoup aidé durant cette période, un grand Merci à eux, ils sont au top !! Mes premières visites étaient une torture, je ne la reconnaissais pas, elle était...éteinte. Souffrante, grincheuse, c'est à peine si elle me regardait malgré notre complicité depuis des années. Elle faisait quasiment chaque jour un épisode douloureux de petites coliques, nécessitant l'attention permanente des vétérinaires de la clinique, jour et nuit. Je repartais le coeur lourd, en me disant que c'était peut être la dernière fois que je la voyais et c'était le calvaire.

Durant certaines de mes visites, j'ai pu sortir Elfy de son box durant quelques minutes, pour brouter un peu d'herbe et surtout profiter du soleil, c'est très important pour le moral !

 

Puis au bout du 8ème jour, une évolution positive a commencé à se profiler. Elfy luttait contre l'infection qui la rongeait (une des complications qu'elle a eu après la chirurgie, ce serait long à expliquer!!), elle a enfin pu être débranché de ses perfusions, ses prises de sang étaient bien meilleures et surtout, elle avait FAIM ! Lors de mes visites, je la retrouvais gloutonne et affamée, grognon comme je l'aime ! Petit à petit, elle a pu être réalimenté très progressivement (7 minis rations par jour, son corps ne tolérant pas de grosses quantités de nourriture d'un coup) et à partir de là, tout est aller de mieux en mieux jusqu'à ce que les vétérinaires jugent qu'elle pouvait rentrer à la maison. Que du bonheur, pour elle comme pour moi !

Elfy de retour au refuge.

Très amaigrie, rasée de tous les côtés !, mais elle garde néanmoins l'oeil vif et je pense pouvoir affirmer qu'elle est aussi heureuse que moi de retrouver sa maison !!

 

J'en profite pour remercier de tout coeur Paula, d'abord pour m'avoir offerte ma jument il y a 3 ans. Je l'avais découverte à mon arrivée au refuge en 2009 et au fil des mois, une belle relation s'était créée entre nous. Devenir sa propriétaire fut pour moi le plus beau des cadeaux. Et ensuite pour m'avoir aidé financièrement à la chirurgie, car la facture fut conséquente et je n'ai pas pu l'assumé entièrement à ce jour. MERCI pour tout !!! Et même si Paula l'a déjà dit, je remercie aussi notre vétérinaire Cécile qui a fait énormément pour Elfy (et qui fait énormément pour le réfuge en général!), sans elle les choses auraient été bien plus compliquées, voire impossibles (les transports notamment!)... Et enfin, si jamais un jour le chirurgien Dr Martin, et l'équipe des vétérinaires de la clinique d'Aix en Provence lisent ses lignes, un immense à eux, d'avoir simplement sauvé la vie de ma jument, et de me l'avoir rendue pour j'espère, un bon nombre d'années encore !

Camille."

Je retrouve ma fille après 12 jours épouvantables, et croyez-moi, je compte profiter de chaque instant à ses côtés !!!

 

C'est une belle victoire sur la maladie et nous sommes très heureux de vous dire qu'Elfy va très bien, qu'elle a repris son caractère bien trempé et que sa convalescence se passe à merveille. Nous sommes à ce jour à 3 mois post-op, Elfy se porte à merveille, elle a retrouvé ses belles rondeurs et surtout toute sa pêche et sa fougue !

Toute ronde et en pleine forme, elle revient de loin notre belle Elfy... On préfère la voir comme ça !

 

Depuis son retour, elle n'a plus refait le moindre épisode de coliques. On croise tous les doigts pour qu'elle n'en fasse plus jamais ! Notre Camille a retrouvé un superbe sourire, et nous aussi.
Que Dieu nous garde notre Elfy longtemps et en très bonne santé.

JOSS, petit miraculé !

Après le retour d'Elfy, nous avons repris le cours de nos pérégrinations habituelles et à la mi-janvier nous accueillons un pauvre chien laissé à l'abandon sous la neige (car nous avons eu 2 jours de neige ), il est tout petit, son poil est un véritable sac de nœuds, il dégage une odeur pestilentielle et son anus est obstrué par un amas d'excréments, il ne peut plus rien évacuer, le pauvre petit est tremblant, quelle misère. Son ventre est anormalement tendu, nous constaterons plus tard qu'il était plein de vers !
Mais comment peut-on en arriver là ? Un petit chien d'intérieur, minuscule, qu'on a laissé sans soin, pourrir dehors, qui n'est pas en règle puisque non pucé, ce qui d'ailleurs me dérange car je ne peux espérer de punition pour les propriétaires puisque nous ne pouvons les retrouver.
Après l'avoir toiletter, douché, démêlé et traité, nous avons du quand même l'emmener chez une toiletteuse pour peaufiner car, Pascale et moi n'en sommes pas venues à bout, aucun entretien depuis des années n'avait été fait sur ce petit animal et franchement, on distingue à peine la tête de la queue !
Il paraît assez jeune, c'est un atout pour l'adoption et le miracle du toilettage dans les règles, nous révèle une petite merveille, on n'aurait jamais cru qu'il puisse un jour ressembler à cet amour de chien que nous avons devant les yeux. Nous l'avons appelé Joss, il semble être né l'année des J !


L'affaire fut rondement menée, dès le lendemain il a eu droit à sa visite vétérinaire de contrôle, le test leishmaniose a été négatif (ouf!), il a eu son premier vaccin, son vermifuge et rendez-vous pour la castration fut pris pour le lendemain.
Mais ce n'est pas tout, le bonheur ne fut complet que lorsque nous étions certains de lui avoir trouver une très bonne famille et, depuis, il fait l'objet de toutes les attentions et l'affection lui est prodiguée sans aucune modération, encore un joli sauvetage et une issue comme nous les aimons.

IRISH, de retour au refuge après 10 ans !!!

C'est le mercredi 27 janvier,  que nous sommes allées , Mady et moi, chercher un poney adopté il y a près de dix ans, encore un retour et je suis de mauvaise humeur !
Certes l'animal n'était pas maigre mais il avait été un peu délaissé, livré à lui-même, s'échappant d'un côté, de l'autre, broutant plus qu'il ne le fallait dans les cultures des alentours et pour finir notre petit Irish commençait à souffrir d'un début de fourbure. Pour aggraver son cas, les parages du maréchal ferrant n'étaient pas vraiment suivis et c'est encore avec déception que j'ai repris mon poney avec des sabots en babouches, persuadée depuis toujours que ses adoptants s'en occupaient très bien !

Quel joli poney qui méritait une autre vie... Nous sommes toujours terriblement déçus de récupérer des chevaux adoptés, et encore plus lorsqu'ils ont manqué de soins...


Avec ce genre de poney, si on ne garde pas un cadre minimum, si on ne s'en occupe pas chaque jour, l’instinct grégaire reprend vite le dessus et nos adoptants ont été vite débordés, ils se sont mis à en avoir peur alors qu'il était au demeurant un charmant animal !
Il a donc réintégré le refuge, ses pieds ont été soignés et il est chaque jour caressée et entouré, il redevient le poney que nous connaissions, dommage d'avoir bêtement perdu 10 ans, il aurait pu faire le bonheur d'un adolescent qui s'en serait occupé régulièrement. Toutefois, il est en forme et il n'est pas dit qu'il ne puisse encore faire le bonheur de quelqu'un, il est si joli, on dirait une gravure !

Il vit avec Fanny, notre joli jument Camargue toute en rondeur, ils forment un couple très assortis !

Première rencontre avec Fanny !

 

PALERMO découvre sa nouvelle vie de pacha

Puis, le jeudi 28 janvier, nous avons accompagné Palermo à sa pension car il vient d'être adopté par Ingrid.
Nous voilà parties avec Annick pour une petite virée aux portes de l'Hérault. Nous sommes à peu près dans les clous pour le kilométrage, à quelques petits kilomètres près, Palermo sera bien accueilli dans le territoire d'adoption requis !
La pension est très bien tenue, les structures sont de qualité et les propriétaires sont avenants. Notre Palermo devrait être au mieux et sa nouvelle maman Ingrid nous promet de le choyer, elle paraît déjà y être bien attachée !

Palermo découvre son grand box, et fait même connaissance avec son voisin ! Il aura bien sûr accès à un grand paddock pendant la journée et rentrera à l'abri le soir. Une vie de luxe pour notre magnifique Espagnol !

 

Pas de compétition pour lui, une vie de cheval de compagnie qui fait un peu de dressage et des ballades, une bonne petite vie comme nous les aimons.

Palermo au refuge, et monté par Mady !

C'est un cheval exceptionnel, bien dans sa tête et parfaitement éduqué. Une vraie merveille !


Nous espérons une longue complicité pour cette nouvelle adoption, Ingrid a bien été avertie que Palermo n'est pas un cheval très facile et ça n'a pas l'air de la déranger.

Oh Nono, tu vas nous manquer ...

Entre temps, le mardi 26 janvier, notre vieux chat Nono nous a quittés et nous sommes mon mari et moi dans la douleur ! Depuis déjà 2 mois nous savions que son grand âge l'emporterait d'un jour à l'autre et nous l'avons accompagné chaque jour avec tendresse, changeant les alèses à tous moment, le portant pour boire, pour grignoter, pour faire ses besoins et faisant le plus possible acte de présence, il dormait chaque nuit dans mes bras.


Il s'est mis à fondre chaque jour un peu plus mais tant qu'il arrivait à nous montrer qu'il nous aimait je n'ai pu me résoudre à le faire euthanasier malgré deux tentatives chez le vétérinaire et chaque fois, je l'ai ramené détectant encore une petite envie d'être avec nous.


Mais le mardi 26, Nono avait de grosses absences, c'était la fin et j'ai du me résoudre à l'ultime décision. Il est parti dans mes bras, entouré jusqu'à son dernier souffle, il aurait eu 21 ans le mois suivant.
Nono a été un chat fabuleux, très affectueux, très proche de nous et des gens en général, tous ceux qui nous rendaient visite avaient droit à un câlin, quel vide tu nous laisses mon gros Nono, comme tu manques et comme nous te regrettons ! Nous savons que tu as été le plus heureux des chats, jouissant de grands espaces et d'un foyer accueillant, tu n'as pas manqué de caresses et ton assiette était toujours pleine, d'ailleurs tu pesait 10 kilos l'hiver, un vrai gros matou.


Tu étais arrivé au refuge un beau matin alors que des personnes disaient t'avoir trouvé et j'avais tout de suite eu un vrai coup de foudre pour ce chaton si beau et si drôle ! C'était il y a 20 ans, comme le temps passe vite, adieu mon bel ange.

LOONA , petite chienne martyre !

Le vendredi 29 janvier à 9 heures, Audrey, une amie et grande protectrice des animaux, m'appelle car une chienne est en danger chez une junky d'Alès, elle est battue, sa patte a été cassée, elle n'a plus que la peau sur les os ! La police est au courant mais elle a besoin d'une asso avec pignon sur rue sur Alès.
Aussitôt je m'empresse d'appeler le chef de la police, insistant lourdement sur l'urgence de la situation, la petite chienne est en danger, il faut agir vite !
L'affaire fut rondement menée, à 10 heures 50 la police était sur place et découvrait le petit animal  blessé complètement terrorisé. La fourrière fut appelée dans la foulée, passage obligé pour un staf non identifié.
Prise en charge très vite par le véto de service, ce dernier la trouve mal en point, elle est en diarrhée profuse, elle est couverte de coups et sa patte s'est très mal ressoudée et la fait souffrir. Au début, elle se révèle très agressive car elle ne comprend pas et en plus elle montre bien qu'elle déteste les femmes, celle qui la martyrisée pendant de long mois en était une et la bichette ne s'y trompe pas.
J'ai pris contact avec la fourrière pour dire que j'étais prête à l'accueillir mais elle est malade, en fait elle fait une parvovirose et la voilà sous traitement, la parvo peut être mortelle.
Il me faudra attendre 3 semaines pour pouvoir la récupérer et ce n'est que le mardi 23 que le technicien de la fourrière me l'amène et ça fait vraiment mal de voir ce petit être d'à peine 9 mois déjà si marqué par la vie !

Entre sa patte cassée, ses plaies multiples (brûlures de cigarettes) et sa maigreur, cette pauvre chienne de seulement 9 mois n'a connu que la maltraitance et la douleur. C'est pour nous insoutenable de voir ça...


Certes elle n'est pas facile, elle ne nous connaît pas et de surcroît tous les gens autour d'elle sont des femmes, comme celle qui l'a faite descendre aux enfers ! Elle ne fait confiance qu'en son soigneur qui dit bien s'y être attaché.
Il faudra bien 2 ou 3 jours pour qu'elle vienne vers nous de son propre chef et le vendredi matin je m'y prends avec une bonne heure d'avance pour être sûre d'arriver à l'heure chez le véto, nous avons rendez-vous pour sa patte cassée.
Il a bien fallu tout ça, mais une fois dans la voiture ce fut un délire de léchouilles et de contact, elle avait besoin d'être près de moi, sur mes genoux même et j'appréciais le moment, je le savourai !

Une chose est sûre : notre petite puce adore la voiture !!!

 

Chez le vétérinaire, elle a été anesthésiée pour pouvoir faire une radio précise et l'émotion a encore été au rendez-vous. La radio de la patte est monstrueuse, la fracture est ancienne, les os se sont ressoudés très anarchiquement et les deux articulations à chaque extrémité des os longs, radius et cubitus, sont très abîmées le carpe est complètement affaissé et vrillé et la courbure des os longs est impressionnante. Certes l'intervention est toujours possible mais le résultat ne peut être vraiment garanti. Dans le meilleur des cas, il faudrait 2 mois de repos presque immobile et la puce est un mouvement perpétuel.

De retour du vétérinaire, Loona se remet de ses émotions et se repose !


Non seulement le coût serait très important mais attaquer une telle chirurgie où il faut tout recasser et tout reconstruire sans être certain du succès à long terme, est à peine envisageable, une arthrodèse pose un vrai cas de conscience. Dans ce cas de figure, notre vétérinaire pense, honnêtement que l'amputation serait préférable car la puce est jeune, elle est légère et pourrait très bien s'habituer avec 3 pattes qui fonctionnent bien, sans souffrance alors que l'intervention lui laissera dans le meilleur des cas, des séquelles d'arthrose et de la souffrance à long terme, je dois réfléchir, encore et encore, avant de prendre une décision.
Voilà comment une minable peut gâcher la vie d'un petit être sans défense qui dans son malheur a eu la chance de nous rencontrer.

En attendant l'opération, Loona découvre une nouvelle vie bien plus belle et son comportement méfiant et agressif évolue chaque jour, c'est une victoire et nous sommes très heureux !!

 

Après plusieurs jours de réflexion, le mardi 15 mars, Loona a été opérée, c'est à dire amputée de sa patte cassée et aussi stérilisée pour ne pas revenir sur une nouvelle anesthésie. Certes c'est une lourde intervention et j'avoue que je suis plutôt fébrile !

Gros câlin réconfortant avant de laisser la puce entre les mains du vétérinaire !


Mais tout s'est bien passé et je récupère la belle en fin d'après-midi. Il a fallu d'abord que je la sorte de la cage car elle grognait très fort à qui voulait l'approcher et du coup c'est moi qui m'y suis collée ! Elle n'avait plus aucun repère, elle devait penser que je l'avais trahi et en plus, elle n'avait plus que 3 pattes et elle souffrait beaucoup, c'était assez pour faire ressortir son agressivité déjà exacerbée par son passé.
Elle avait encore sa perfusion, il fallait donc enlever le cathéter et avec moi, tout a été facile, elle était si heureuse de me voir, j'ai eu droit aux super léchouilles et j'en avais les larmes aux yeux. J'étais en plus très impressionnée par l’absence de la patte, la cicatrice et aussi, ce déséquilibre normal après une amputation d'un membre sans compter cette immense collerette qui ajoutait à son inconfort. Je n'étais pas du tout dans mon assiette et puis, elle gémissait et semblait souffrir malgré la morphine, c'était dur, très dur.

Pauvre petite Loona, chez le vétérinaire.

 

Puis est venu l'instant de la séparation car, comme vous le savez, ma maison est minuscule et je n'ai aucune pièce où j'aurai pu isoler Loona, alors il fallait une bonne âme qui puisse être famille d'accueil et j'ai trouvé une perle en la personne de Monique qui a eu beaucoup de patience avec cette puce pas facile du tout et qui grogne comme un fauve.
Au moment du départ, Loona ne voulait rien savoir, elle grognait si fort en direction de Monique, prête à mordre, que je me suis dit que je n'avais d'autre choix de la garder et tout ça ajoutait bien du stress à mon émotion. Mais avec du temps et une réelle constance, petit à petit nous avons réussi à la mettre dans la voiture de Monique grâce en partie au jeune Valentin, fils de Monique qui a une approche relativement facile, nous savons que la puce n'aime pas beaucoup les femmes, en souvenir de sa tortionnaire !!!
Tout ne fut pas rose en arrivant mais Monique a géré et de mon côté, j'étais envahie par la tristesse .
J'avais l'impression de l'abandonner une fois de plus et dès le lendemain, je lui rendais visite.

Je l'ai trouvée beaucoup mieux lors de ma visite et ce fut un soulagement de la voir marcher et me faire des fêtes comme si on ne s'était jamais quittées ! Elle n'avait plus l'air de souffrir et semblait ne pas m'en vouloir du tout, ouf ! Un bon moment passé ensemble malgré tout et malgré cette collerette qui lui gâche un peu la vie.

 

A ce propos, une amie m'a renseignée sur une pseudo-collerette, bien plus légère et beaucoup moins « carcan », elle est gonflable et je ne connaissais pas du tout ce nouveau système. J'ai fait bien sûr ni une, ni deux et je l'ai commandé en chronopost pour l'avoir dès le lendemain pour ma prochaine visite et j'avoue que je suis conquise et franchement ça a changé la vie de ma puce !

 

Maintenant il reste à attendre la suite, l'évolution de sa santé et aussi de son caractère car je ne pourrai prendre Loona à la maison que si je peux l'intégrer à ma meute et aux chats, c'est une évidence.
Je prie pour que ce replis sur elle même dû à la crainte générée par son passé violent, ne soit bientôt plus qu'un mauvais souvenir et qu'elle puisse très vite faire partie de notre famille animale !

Conclusions !

Avant de terminer, je voulais vous parler de 2 choses, complètement liées, qui me tiennent à coeur, c'est d'abord la parution du livre de Sam Tindillier et la confection d'une magnifique mosaïque représentant notre P'tit Loup, c'est un chef d'oeuvre, Daniel travaille merveilleusement bien et si vous le voulez, vous pouvez lui commander la reproduction d'une photo d'un de vos animaux, en suivant le lien.

Il faut prendre du recul pour regarder la mosaïque, elle rend toute sa beauté d'un peu plus loin.

 

Mille merci à Daniel Garcia, je trouve ce tableau magnifique et très original !

Quant à Sam, son livre s'appelle : « Calypso, les histoires vraies d'un cheval en vacance », c'est sympa et ludique,vous pouvez aussi vous le procurer sur son site ICI. Il faut aussi savoir que Sam nous a fait don d'un pourcentage sur ses ventes dans les salons d'équitation et qu'il a lui-même solliciter Dany en lui parlant de notre association portrait, merci Sam, tu es un ami de longue date que j'ai eu plaisir à revoir, il y avait une quinzaine d'années que nos vies avaient pris des chemins différents, il faut dire que tu avais quitté notre région et que tu habites depuis loin, loin, loin !

Nous sommes vraiment désolées d'arrêter là notre petite mise à jour, c'est toujours ça de fait et j'espère pouvoir prendre le temps de revenir vers vous dans les semaines qui suivent. J'ai un peu trop de choses à faire et c'est compliqué ! Toutefois il me reste une chose très importante à vous dire « Ne nous laissez pas tomber » car c'est vrai, l'an dernier, notre tableau où nous inscrivons les dons de chacun, est ressorti en fin d'année, extrêmement clairsemé, beaucoup de lignes sont restées vides, ce qui veut dire qu'un nombre considérable de nos adhérents, n'est plus à jour de ses cotisations ! Comme vous le savez, avec plus de 240 chevaux, nous n'avons jamais eu autant besoin d'argent. Les camions de foin, de céréales, d'aliments spécifiques se suivent chaque semaine, les factures vétos ne sont pas négligeables et nous ne pourrons pas tenir très longtemps à ce train d'enfer. Nous avons toujours des enquêtes monstrueuses à droite et à gauche et partout ! L'être humain ne s'arrange pas, cette mise à jour en est aussi la preuve. Merci du fond du coeur à vous qui nous soutenez régulièrement, votre aide nous est indispensable.

A très bientôt !

Paula LOÏS.

                            

 

9 mai 2016

Il est indispensable à ce jour de vous annoncer la date de notre prochaine Assemblée Générale qui se tiendra le Samedi 21 mai à 14 h au refuge.
Etant donné que nous n'avons pas beaucoup de place, il serait agréable de savoir combien de nos adhérents nous ferons l'honneur de leur présence.
Je vous invite donc à nous faire un petit signe dans la mesure où vous seriez interressé.

ORDRE DU JOUR DE L'AG:
- 14 h accueil des participants et ouverture de séance.
- Rapport moral par la présidente.
- Rapport financier par le trésorier.
- Election au conseil d'administration. 
- Questions diverses.

Chaque année, et je le regrette, certain d'entre vous nous font part de leur impatience à recevoir leur reçu, je vous le rappelle depuis plusieurs années, il n'est plus NECESSAIRE de les joindre à la déclaration d'impôt. Il suffit quand vous les recevez de les garder en lieux sûrs pendant 5 ans dans l'évantualité d'un contrôle.
Donc cette année comme les autres vous pouvez faire votre déclaration dès maintenant même si vous n'avez pas votre précieux reçu.
La plupart sont dans les "tuyaux", c'est une affaire de jours.

Je sais que nous avons du retard en tout et pour tout mais je n'ai aucun moyen de faire différement surtout que cette année j'ai en plus de gros soucis de santé.

Je vous donne rendez-vous sur le site pour une mis à jour après l'AG et je vous remercie de votre indulgence.

Paula LOIS

 

Les événements de février à mai 2016, et leurs actualités !

Bonjour à tous !

RIP, gentille ISSANKA...

Cette année 2016 commence déjà bien tristement avec l'histoire de notre jument Issanka. Jolie pur-sang Arabe âgée de 25 ans, elle a rejoint le refuge en mai 2016 avec le groupe de chevaux arabes retirés à Mr PERRIER, "éleveur" en Corrèze ! Vous connaissez sans doute déjà cette longue enquête ; près de 50 chevaux et poulains mourraient de petit feu, de faim, de maladie et de mauvais traitements. L'intégralité de ce cheptel a été saisie et tous ont pu être soigné et nourris au refuge ! 10 ans plus tard, plusieurs de ces chevaux ont été replacés dans des supers familles, mais d'autres, plus âgés, vivent encore avec nous. Issanka en fait donc parti, notre belle mamie, adorable et très câline.

 

Elle n'a connu, pendant de longues années, que des gestations à répétition, une lutte permanente pour survivre avec très peu de nourriture, et elle a enduré le décès de plusieurs de ses poulains. .. Issanka a pu enfin profiter d'une retraite bien méritée au refuge, une vie sereine et tranquille !

 

Mais depuis l'automne 2015, nous avons pu constater que notre fifille avait de plus en plus de mal à marcher, semblait souffrir de ses pieds. Notre maréchal-ferrant nous annoncera qu'Issanka est fourbue ; une maladie inflammatoire des sabots nous sera par la suite confirmée par des radios réalisées par notre vétérinaire. Cette pathologie a des causes diverses et se soigne difficilement, d'autant plus que c'est très douloureux pour le cheval.

Issanka reçoit alors un traitement anti-inflammatoire et notre maréchal-ferrant lui pose des fers orthopédiques, conçus sur mesure, afin d'améliorer ses appuis sur le sol, et ainsi de diminuer la douleur et l'aider pour se déplacer.

 

Les résultats sont plutôt bons, Issanka retrouve un certain confort et profite de plusieurs mois sans souffrance. Pour son bien, il a fallu lui faire perdre du poids, ce qui n'est pas si facile et assez frustrant pour une jument si gourmande !

Manger de l'herbe n'est pas recommandé pour un cheval souffrant de fourbure car ils doivent recevoir une alimentaire la moins riche possible. Mais pour qu'elle garde le moral, Issanka avait le droit de brouter seulement une dizaine de minutes chaque jour !

 

Toutefois, fin février, nous sommes forcés de constater que son état empire, elle souffre de plus en plus, ne parvient plus du tout à marcher et, elle qui était si gourmande, perd son appétit et sa joie de vivre. Après en avoir longuement discuté avec notre vétérinaire et notre maréchal, il faut se rendre à l'évidence que l'on a tout tenté pour elle, il n'y a plus de solutions envisageables et il est inutile de la laisser souffrir. Nous prenons ensemble la décision de l'endormir, le 21 février 2016...

Au revoir, douce Issanka, tu étais un amour de jument et nous t'aimions beaucoup...

Des naissances au refuge !

Bien sûr, la vocation du refuge n'est absolument pas de devenir un "élevage" et les naissances ne sont jamais issues de notre volonté ! Ici, tous nos mâles sont castrés et s'il nous arrive d'avoir quelques étalons (lors d'une saisie, nous ne sommes pas toujours autorisés à castrer immédiatement un entier), ils sont très bien gérés, en box la nuit et en parc avec d'excellentes clôtures durant la journée ; bref aucun "accident" n'est possible ! De ce fait, lorsque des poulains naissent au refuge, cela signifie que leurs mères étaient déjà gestantes à leur arrivée.

Justement, en août 2015, nous récupérions 19 juments, saisies au sein d'un troupeau de 150 chevaux, vivant en relative autonomie sur un minuscule terrain dans la région du Morvan, se reproduisant de façon anarchique et totalement incontrôlée. Avec environ 70 entiers pour 80 juments, c'était "du grand n'importe quoi !!!", très peu de poulains survivaient aux bagarres (un étalon est rarement gentil avec un nouveau né mâle, chez qui il voit un futur rival!), un véritable calvaire pour des bébés tout comme pour les juments qui subissaient elles aussi les combats incessants des mâles, beaucoup trop nombreux...

Parmi les juments que nous avions accueillies, nous étions bien conscients qu'il y avait une grande probabilité pour que plusieurs soient gestantes, et au fil des mois, nous les observons de près ! Outre le fait que le ventre s'arrondit visiblement, nous guettions surtout la montée de lait (les mamelles peuvent commencer à grossir un mois avant la naissance), et nous isolions les juments afin qu'elles puissent mettre bas tranquillement, hors du troupeau. Début mars, elles sont donc 7 juments dans un parc de 2 hectares, sous haute surveillance ! Le fait qu'il y en ai finalement "peu" qui soient gestantes parmi les 19 juments s'expliquent, d'une part, que plusieurs sont très jeunes (moins de 2 ans) et ne sont pas prêtes pour se reproduire. Egalement, elles ont fait un très long trajet pour arriver au refuge (500km) et il est envisageable que certaines aient pu avorter à cause du stress du transport (lors de la saisie, elles devaient être gestantes de 2 ou 3 mois seulement, l'avortement naturel est fréquent lors d'un choc ou d'un changement brutal de vie).

Quoi qu'il en soit, au cours des mois de printemps, nous étions chaque jour très pressés de savoir si un poulain était né !

Le 10 mars, c'est notre jument TOCCATA qui ouvre le bal en donnant naissance à un magnifique petit mâle que nous appelerons GAILLARD. Il est en pleine forme, déjà très vigoureux après quelques heures sur cette terre et surtout, il se montre très curieux envers l'humain, nous approche sans crainte et apprécie déjà les caresses, ce qui n'est pas toujours le cas avec les nouveaux-nés !

Notre petit GAILLARD entre 0 et 2 mois, avec sa maman Toccata et sa copine Nikita !! (il adore les chiens !)

 

Le 26 mars, deux poulains viennent au monde mais malheureusement, ni pour l'un ni pour l'autre, les choses ne se passent pas comme prévu ; à lire dans l'article suivant...

Il faudra que Gaillard patiente un mois pour ne plus être "fils unique" dans le groupe et le 15 avril, nous sommes émerveillés de découvrir une belle pouliche en pleine forme elle aussi. Nous l'appelerons GARANCE, elle est la fille de PAQUERETTE et toutes les deux se portent à merveille. Garance est néanmoins bien plus timide que Gaillard et pour elle, l'humain est terrifiant ! Il faudra du temps pour qu'elle nous fasse confiance, petit puce intrépide !

GARANCE entre 0 et 2 mois, avec sa maman Pâquerette ! Elle ne le sait pas encore mais elle sera la seule fille du troupeau, autant dire qu'elle devra avoir du caractère pour s'imposer avec tous ces garçons !!!

 

Dès le lendemain, c'est au tour de REGLISSE de mettre au monde un très beau jeune homme que nous appelerons GRAFFITI. Tout se passe très bien, maman & bébé sont en forme. Graffiti se montre curieux envers nous et il ne faudra que quelques jours pour qu'il vienne chercher des câlins !

GRAFFITI entre 0 et 2 mois, avec sa maman Réglisse ! Un caractère déjà bien affirmé pour ce petit bonhomme bien décidé à découvrir le monde !

 

Trois semaines plus tard, une jolie surprise nous attend puisque qu'UTOPIE n'est plus seule ; elle est suivie de près par son poulain à la robe très originale ! Il portera le nom de GHOST PEAS (fantôme à petits pois!), on peut dire que ça lui va comme un gant, et lui aussi est en pleine forme.

GHOST PEAS, une robe atypique pour un poulain adorable !

 

Enfin, les naissances prennent fin avec l'arrivée du petit GAGNEUR, fils de TOPAZE. Sa maman étant très protectrice, Gagneur se montrera rapidement très timide, voire sauvageon, et il y aura besoin de temps et de patience pour qu'il nous accorde sa confiance.

Notre GAGNEUR avec sa maman TOPAZE.

Dernier né, bien plus petit que les autres (sa mère est une ponette et non une jument), il n'aura néanmoins aucune difficulté à trouver sa place dans le groupe !

 

Notre nurserie est maintenant au complet, Gagneur sera le dernier né en 2016, et c'est tant mieux car avec déjà 5 poulains à éduquer, nous savons que les mois à venir serons bien remplis pour nous ! Mais pour le moment, leurs principales occupations sont de téter leur maman, dormir et jouer comme des fous ! Une très belle vie de bébé,on peut dire qu'ils ont eu de la chance de naître au refuge et non au sein du troupeau de 150 chevaux d'où sont issues leurs mamans. Ils n'auraient sans doute pas survécus...

 

Nous sommes maintenant au printemps 2017, nos poulains ont bien grandis, ils ont été sevrés et les mâles castrés ; ils sont devenus de grands et beaux ados, en pleine santé et en pleine forme ! C'est maintenant que commence les choses sérieuses pour eux car ils sont en pleine éducation ! (marcher au licol, tenir à l'attache, donner les pieds, désensibilisation...etc) et nous les proposerons à l'adoption d'ici quelques temps afin de leur trouver une nouvelle et excellente famille !

Nos bébés ont maintenant 1 an, ils ne vivent plus avec leurs mamans mais la vie entre copains, c'est super aussi !

Flagrant délit de sieste collective dans le foin !!!

 

Si vous êtes intéressés par l'adoption d'un jeune cheval, dans le but de tout lui apprendre, de créer une réelle complicité et de passer une trentaine d'années avec lui (un engagement sérieux qui doit être réfléchi et non impulsif "parce qu'un poulain c'est trop mignon" !!! ), et que vous habitez dans un rayon de 70 km autour du refuge, n'hésitez pas à nous écrire via la rubrique CONTACTS du site !

 

GEENA & GOTHAM, des naissances à part...

Si, dans la plupart des cas, tout se passe très bien, une naissance est parfois un moment délicat qu'il faut toujours préparer et surveiller. D'autant plus lorsqu'une gestation est issue d'une reproduction anarchique, avec des chevaux livrés à eux-mêmes sans aucun contrôle. Il ne faut pas oublier que ce troupeau de 150 chevaux s'est formé à partir de quelques individus qui se sont reproduit d'années en années. De ce fait, un certain taux de consanguinité a entrainé des défauts physiques chez certaines juments. Les 5 juments ayant donné naissance à des poulains en très bonne santé sont elles-mêmes tout à fait "saines", mais ce n'est pas le cas de certaines juments du troupeau. Plusieurs d'entre elles sont ataxiques (compression de la moëlle épinière qui entraine des difficultés de coordonner les mouvements des membres), pathologie héréditaire et pouvant survenir suite à des cas de consanguinités. D'autres présentes des anomalies morphologiques atypiques.

Le 26 mars, en pleine après-midi, nait une si jolie pouliche pie à qui nous donnons le prénom de GEENA. Si elle est née en apparente bonne santé, sa mère Rapsodie est l'illustration parfaite des résultats de la consanguinité. En effet, elle présente une malformation au niveau de la vulve mais aussi et surtout aux niveaux des mamelles et des tétines avec des fibroses multiples et malgré le fait qu'elle soit pleine de lait, il n'y a aucune sortie !

Etant donné les malformations de ses organes génitaux, il est assez surprenant que cette jument puisse être apte à se reproduire... Tous les poulains qu'elle a pu avoir au cours de sa vie sont sans doute tous morts de faim, ne pouvant pas téter...

 

Rapsodie est pourtant une bonne mère, protectrice et aimante, cette situation est terrible pour elle comme pour la pauvre pouliche qui cherche une tétine mais ne trouve rien. Nous devons avouer que nous n'avions pas vraiment eu conscience de la situation avant la naissance. Les mamelles gonflées nous certifiaient que Rapsodie avait du lait et nous n'avons pas vraiment eu l'idée de vérifier que son unique tétine n'en était pas vraiment une, mais juste un morceau de chair...

Geena est née depuis moins de 2 heures, déjà sur ses jambes, elle a envie de découvrir le monde...

Première sieste au soleil...

 

Bien sûr, nous ramenons maman et bébé dans un box des écuries, et notre vétérinaire ne tarde pas. Geena est perfusée avec le sang de sa mère (que nous avons fait décanté plusieurs heures pour ne récupérer que les anticorps) afin de compenser l'absence de colostrum, et nous ne pouvons qu'espérer très fort que notre petite puce s'en sorte. Mais au fil des heures, nous ne pouvons que constater que Geena s'affaiblit et commence à montrer des symptômes de défaillance neurologique. Elle refuse les biberons, elle est fièvreuse et semble prise de convulsions. Notre vétérinaire revient et le diagnostic ne se fait pas attendre. Geena souffre en réalité d'une septicémie ayant dégénérée en méningite, qui peut s'expliquer par le fait qu'elle soit née d'une jument consanguine, et sans doute que l'étalon aussi, et cette reproduction contre nature a de lourdes conséquences dont notre pauvre puce fait les frais.

Quant à Rapsodie, elle aussi fait l'objet de nos soins, il faut tarir le lait car ses mamelles très gonflées sont très douloureuses.

Petit Ange, elle n'a que quelques heures et déjà elle se bat pour vivre...

 

Les heures qui suivent, c'est l'enfer. Paula, Charlotte et moi, nous nous relayons une grande partie de la nuit pour la surveiller et surtout la tenir lors des crises de convulsions, pour ne pas qu'elle se jette contre les murs et se blesse encore d'avantage. Impossible pour nous de nous résoudre à la faire euthanasier, il y avait toujours un espoir qu'elle survive à tout ça si elle passait la nuit mais malheureusement, la maladie a été plus forte qu'elle et notre Geena a rejoint les anges vers 4 heures du matin, nous laissant tous compètement désespérés... Elle était trop belle, trop douce, trop craquante, elle avait envie de vivre... En même temps, nous sommes aussi envahis par la haine envers les deux femmes propriétaires de ces chevaux, qui ont fait de ce troupeau une production d'handicapés, de pauvres malheureux et ce sont les bébés innocents qui en payent le prix... Il en faut de la force pour supporter tant de souffrance, tant d'horreurs et tant de chagrin.

Au revoir, petite Geena, tu ne connaitras jamais le monde mais nous, nous ne t'oublierons jamais...

Ce même jour, nous guettions de très près le poulinage de DEVINETTE car cette jument n'a que 2 ans et demi, elle est ataxique et nous sommes convaincus qu'elle ne pourra pas élever un poulain.

Nous avions malheureusement raison et quelques heures après Rapsodie, c'est à son tour de mettre au monde un petit bonhomme déjà en grande difficulté. Nous l'appelerons GOTHAM ; il présente une hyperlaxité des membres, ses postérieurs sont complètement tordus et il ne parvient pas à se lever et tenir debout. La nature est parfois cruelle mais à l'état sauvage, un bébé qui est jugé "non viable" est généralement tué ou abandonné. De ce fait, nous avons du immédiatement l'enlever du groupe car sa mère ne s'en occupait pas du tout et les autres juments lui auraient fait du mal... Il nous faut néanmoins "traire" Devinette pour récupérer le précieux colostrum, indispensable à la survie du poulain. Le lait destiné à Geena sera finalement utilisé pour son "petit frère" et, par chance, Gotham se montre déjà très vorace et il comprend vite comment téter !

 

Une fois n'est pas coutume, Paula devient une nouvelle fois "maman de substitution" et les prochains mois seront rythmés par les biberons toutes les 3 heures, jour et nuit ! C'est une tâche extrêmement éprouvante et il faut du courage pour tenir jusqu'au sevrage, mais il faut avouer que lorsqu'un petit être sans défense dépend de nous, ça donne des ailes et des forces !

 

Gotham grandit, il prend des forces, se muscle et, peu à peu, la malformation de ses membres postérieurs s'améliore et nous avons bon espoir qu'il puisse marcher correctement un jour. C'est très frustrant pour nous comme pour lui car, pour qu'il puisse se rétablir au mieux, notre petit bonhomme doit marcher le moins possible, et vivre enfermé dan un petit box lorsqu'on est si jeune et plein de vie, ce n'est pas très drôle ! Mais il faut prendre son mal en patience et lorsque Gotham a eu 3/4 mois, il a pu commencé à sortir, marcher, puis courir ! Un véritable miracle pour ce bébé qui aurait été condamné à la naissance...

Nous sommes maintenant au printemps 2017. Gotham est devenu un "grand" garçon (pas si grand en réalité, sa maman est de taille ponette!), ses problèmes locomoteurs sont derrière lui et il profite d'une vraie vie d'adolescent ! Il reste néanmoins assez fragile et fait l'objet d'une attention et de soins particuliers, par rapport à ses frères et soeurs. Nous l'avons fait castré récemment ; il a aussi du être opéré d'une hernie ombilicale (qui s'est formée lorsqu'il n'avait que quelques jours parce que ce vilain se tétait l'ombilic !). Une opération assez lourde pour lui et il lui a fallu quelques jours pour se rétablir, mais désormais tout va bien !

Gotham rentre dans son box tous les soirs et sort en parc durant la journée. Il adore se rouler et dormir dans son copeau tout propre alors chaque matin, il en a plein le dos !!

 

Etant donné son histoire, l'attachement particulier que nous avons envers lui et sa santé assez fragile, nous ne pensons pas à ce jour le proposer à l'adoption comme les autres poulains ; il restera pour le moment au refuge avec nous, notre bébé ! Vous pouvez néanmoins devenir son parrain ou sa marraine, il en serait ravi !!!

 

CRUNCH est adopté !

Début mars, nous faisons la connaissance d'une famille très sympathique venue nous rencontrer au refuge. Ils nous expliquent être à la recherche d'un équidé pour tenir compagnie à leur poney, car il vit seul et s'ennuit ! (on ne le dira jamais assez, les équidés sont des animaux grégaires et ils ont besoin de la présence de leurs congénères). Les conditions de vie qu'ils nous décrivent correspondent à nos exigences et nous leur présentons alors notre petite crapule, Crunch ! Âgé de 4 ans, Crunch est un adorable poney, très coquin et joueur !

Nous l'avions récupéré en juin 2014 lors d'une enquête sordide dont nous vous avions déjà parlé (voir les nouvelles de 2014) ; il vivait chez des "humains" (peut-on les qualifier ainsi ?) qui utilisaient leurs poneys pour tondre l'herbe et, pour ne pas qu'ils s'échappent, les attachaient avec une corde par un membre ou autour de l'encolure. Avec Crunch vivait une pauvre ponette, Cheyenne, a qui ses propriétaires avaient amputées eux-même un postérieur suite à une plaie et une nécrose dûes au lien qui lui serrait la jambe.

 

Outre la souffrance endurée car cette pauvre puce, le moignon sur-infecté n'avait jamais été soigné, jusqu'à provoquer une ostéomyélite et aucun espoir de la sauver n'était envisageable. Cheyenne a été euthanasiée sur place par un vétérinaire, Paula était présente et l'a accompagné jusqu'au bout, c'était un amour de ponette... Crunch fut saisi dans la foulée ; hors de question qu'il lui arrive la même chose !

Crunch vivait alors au refuge depuis, il a été castré et profitait d'une vie plus sereine ! Mais un poney jeune et en pleine santé a d'avantage sa place dans une famille responsable et aimante.

 

Il fait immédiatement fondre ceux qui deviendront sa nouvelle famille et, après quelques jours de réflexion, l'adoption est conclue ! Le 16 mars, nous embarquons Crunch dans le van puis Paula & Mady l'emmènent vers sa nouvelle vie ! Tout se passe très bien, Crunch rencontre son nouveau copain et nous leur souhaitons une belle et longue vie ensemble !

Saisie de 5 chevaux !

Mi-mars, nous sommes sollicités par les Services Vétérinaires pour récupérer une jument maigre chez un homme que nous connaissons bien ! En effet, déjà en 2009, nous saisissions chez lui 3 chevaux squelettiques et il est navrant de constater que, bien des années plus tard, les choses n'ont pas vraiment changées.

Java, Ullan et Rumba, saisies en avril 2009 dans un bien triste état... Maigres et couverts de poux, ces 3 jeunes chevaux commençaient bien mal leur vie... Au refuge, ils ont pu se refaire une santé, ils sont devenus magnifiques et bien gros ! A ce jour, ils ont trouvé une nouvelle famille, nous avons des nouvelles de chacun et ils sont très heureux !

 

Le 17 mars 2016, Paula est donc à nouveau sur les routes pour aller chercher la gentille DOLIA, grande jument lusitanienne de 25 ans, bien trop maigre à nos yeux ! Heureusement, son état n'est pas encore dramatique mais il était temps de la sortir de là. Au refuge, elle a pu recevoir tous les soins nécessaires (dentiste, maréchalerie, vermifuge) et une alimentation de qualité adaptée à son âge.

Malheureusement, aucune photo à son arrivée pour témoigner du changement mais la voici quelques mois plus tard, belle et bien ronde ! Cette jument a eu de nombreux poulains au cours de sa vie et les gestations successives ont eu des répercussions sur son physique, ce qui explique aussi son dos creusé et son gros ventre ! Mais, prise de sang à l'appui, cette année elle n'est pas pleine et c'est tant mieux !

Tu vas pouvoir profiter d'une vie tranquille et d'une bonne retraite, belle Dolia, au refuge tu ne risques plus rien !

 

Mais l'histoire ne s'arrête pas là car deux semaines plus tard, un nouvel appel de la DDSV nous annonce qu'une décision a été prise de limiter le cheptel de ce monsieur car il y a 18 chevaux là-bas, ils vivent en semi-liberté sur un grand terrain et bien sûr, il y a des étalons donc chaque année, de nouvelles naissances ! Ce propriétaire n'est pas un grand méchant, il ne se fait pas d'argent sur le dos de ces chevaux (comme bien d'autres!) ni ne les vend à la boucherie, mais c'est simplement un homme d'un certain âge qui "aime" les chevaux mais n'est pas apte à s'en occuper. Il s'est laissé dépasser par un troupeau sauvage et se reproduisant de façon anarchique, sans pouvoir rien contrôler... Parfois, la maltraitance n'est pas vraiment de la méchanceté ou du sadisme de la part d'un être humain, mais seulement de l'inconscience, du laisser-aller et de la négligence. Malheureusement, quelle que soit la raison, ce sont toujours les animaux qui en payent le prix et ça, c'est toujours révoltant...

Impossible pour nous d'accueillir tout le troupeau, le refuge est déjà bien au complet mais nous nous accordons pour en prendre 4, ceux qui sont en moins bon état. Le problème est que tous les chevaux du groupe sont "sauvages", les adultes ont repris leur instinct et les jeunes, jamais touchés ni même approchés depuis leur naissance, ont une peur panique de l'homme ! Les deux étalons reproducteurs sont puissants et dangereux, hors de question de les accueillir au refuge mais la décision est prise qu'ils seront castrés sur place. (Affaire à suivre...)

Autant dire que cette saisie du 1er avril sera sportive et dangereuse... On oublie parfois que nos actions peuvent être risquées, un cheval terrifié est incontrolable et, face à un animal de 300 kg (minimum!) en furie, nous, humain, sommes bien fragiles !!!

Il faudra une journée entière pour Paula, Mady sur place également, Cécile notre véto, présente aussi, ainsi que plusieurs personnes venues en renfort, pour mener à bien cette mission ! Les 4 poulains que nous choisissons de récupérer, de type Camargues, sont complètement sauvages et ne comprennent pas du tout ce qu'on leur veut, eux qui ont toujours vécus avec leurs mères, dans le troupeau et sans voir d'humains ! Il faut donc les isoler dans un enclos solide fabriqué sur place, puis les approcher d'assez près pour que Cécile puisse leur faire une injection de tranquillisant, pour enfin pouvoir les embarquer dans le van en toute sécurité !

En toute fin de journée, c'est épuisées mais contentes que Paula et Mady reviennent au refuge avec, dans le van, deux pouliches de 1 et 2 ans. Les deux mâles (1 et 2 ans également) ont été directement emmenés à la clinique pour y être castrés, ils rejoindront le refuge dans quelques jours. Nos quatre loustics, que nous appelerons FEROSSIA, ELECTRA, FEELING et EMBLEME, sont installés en box (et sorties en petit paddock la journée) et commencent pour eux une nouvelle vie !

S'ils ne sont pas dans un état dramatique, ces jeunes chevaux manquent visiblement de soins. Il leur manque plusieurs kg, leur poil est piqué et terne, ils sont couverts de poux et leur ventre gonflé est un signe qu'ils sont infestés de vers intestinaux.

 

Bon foin de Crau, céréales pour la croissance, vermifuge... Tous les soins nécessaires pour compenser les carences dont ils souffrent visiblement, ayant manqués de tout durant les premiers mois et années de leur vie. Il nous faudra ensuite beaucoup de temps, de travail, de patience et d'amour pour que nos sauvageons nous accordent leur confiance !

Un an après leur arrivée au refuge, au printemps 2017, nos 4 petits monstres ont bien changés ! Physiquement, ils sont méconnaissables, devenus très beaux et bien ronds, le poil brillant et l'oeil vif ! Pour ce qui est du comportement, ils ont bien sûr beaucoup évolués même si il reste encore beaucoup de travail ; ils sont maintenant bien plus proches de l'homme et en confiance.

 

Pour eux, fini le box, ils vivent désormais en parc tous ensemble et nous nous en occupons plusieurs fois par semaine afin qu'ils ne reprennent jamais leurs mauvaises habitudes d'avoir peur de l'homme ! Tous sont attrapables au licol, ils marchent en longe, donnent les pieds et pour les deux plus grands (Emblême et Electra, 3 ans au printemps 2017), nous commençons même le débourrage tout en douceur (découvrir la selle, le filet..) ! Tous les 4 sont également proposés à l'adoption mais nous serons très exigeants pour leur nouvelle famille car il faudra des gens ayant l'habitude des jeunes chevaux craintifs !

Emblême (à gauche) et Electra (à droite), sont bien différents des poulains sauvages et terrifiés que nous avons récupérés il y a 1 an !

Nous prenons tout notre temps pour le débourrage, ils sont encore très jeunes mais tout ce travail préliminaire rendra leur futur dressage plus facile !

 

Une nouvelle vie pour LARRY !

En 2000, Paula accueillait au refuge un groupe de juments sauvées de la boucherie, dont plusieurs juments de trait ! N'ayant connu de l'homme que la violence et les coups de bâtons pour embarquer dans les camions des maquignons, ces juments sont sauvages et complètement inapprochables. Il était inenvisageable de les apprivoiser et encore à ce jour, elles vivent au refuge sur un terrain de 10 hectares ; nourries et abreuvées, elles ont gardé une vie très indépendante et, si certaines ont maintenant plus de 30 ans, elles sont toujours en forme ! Mais pour corser les choses, il s'est trouvé qu'à leur arrivée au refuge, plusieurs de ces juments étaient gestantes et ont mis au monde, quelques mois plus tard, de jolis poulains aussi sauvages qu'elles !!

Lorsqu'ils ont eu l'âge d'être sevrés, les jeunes ont été attrapés et séparés du troupeau afin d'être sociabilisés et d'avoir une vie différente de celle de leurs mamans. Parmi eux, il y a eu LARRY, un très beau cheval type "lourd". Quant il a eu 3 ans, il a été adopté chez un monsieur à quelques km du refuge, nous étions ravis. Malheureusement, 10 ans plus tard (en août 2015), il nous faut le récupérer au refuge car son adoptant a de gros soucis de santé et ne parvient plus à s'en occuper. Paula est ravie de retrouver son "gros nounours" et nous sommes tous contents de le voir en pleine forme !

Au refuge, nous présentons Larry à Urielle, notre jument de trait comtoise de 9 ans ; ils forment un joli couple, non ?!

 

Larry passe alors quelques mois au refuge, il se révèle être un cheval merveilleux, un peu timide au premier abord mais finalement très gentil et câlin. Nous savons que son premier adoptant l'avait débourré et, lors d'une petite balade, Mady découvre qu'il est aussi une monture fantastique ! Et nous voilà donc à la recherche d'une nouvelle famille pour lui ; après tout il n'a que 15 ans et pourrait encore faire le bonheur de quelqu'un pour de longues années !

 

Par un beau jour de mai 2016, une jeune femme vient au refuge ; elle est à la recherche d'un cheval et elle a déjà eu un coup de coeur sur Larry, qu'elle a découvert sur notre site. Lorsqu'elle le rencontre, le coup de coeur devient un véritable coup de foudre et elle n'hésite pas une seconde : Larry sera SON cheval, le rêve de sa vie ! Quelques jours plus tard, Emma revient car elle souhaite monter Larry afin de s'assurer qu'ils peuvent s'entendre ; tout se passe bien ! Nous sommes convaincus qu'Emma sera une propriétaire formidable, elle nous donne très bonne impression et l'adoption est rapidement officialisée par la signature du contrat ! Quelques jours plus tard, le 22 mai exactement, nous voilà parties, Paula et moi, pour emmener Larry dans sa nouvelle maison (et on l'espère, la dernière) ! Le transport se passe très bien et Larry semble très serein en découvrant son nouvel environnement. Il sera dans une pension de propriétaires très sérieuse, les structures sont en bon état (cloture, abris des chevaux, box, carrière...), les gens très accueillants, Emma habite à quelques km à peine et viendra le voir chaque jour ! Tout est parfait et c'est en toute confiance que nous lui laissons le soin de s'occuper de notre adorable Larry !

 

Malheureusement, une dizaine de jours plus tard, une ombre apparait dans ce si beau tableau. Emma contacte Paula car, après une petite randonnée avec Larry, ce dernier boite et Emma est inquiète. Le lendemain, une visite du vétérinaire et des radios nous apprennent que Larry souffre d'arthrose au niveau des boulets, ce qui explique sa boiterie. Nous sommes vraiment navrés de cette nouvelle et même assez étonnés ; Larry est encore jeune, nous savons que durant les années passées chez son premier adoptant, il a été monté mais sans excès, simplement en balade et pas plus d'une fois ou deux par semaine ; rien n'explique qu'il ait déjà de l'arthrose mais c'est ainsi... Face à cette situation, nous sommes prêts à le récupérer au refuge, mais c'était sans compter sur notre formidable Emma qui n'envisage absolument pas de l'abandonner ! C'est déjà son gros bébé, elle l'aime très fort et le gardera jusqu'à la fin, quoi qu'il arrive ! Certes, il lui faut revoir à la baisse ses envies de longues randos avec Larry ; sa vétérinaire lui assure néanmoins qu'il n'est pas encore prêt pour la retraite et peut toujours être monté, mais pas plus d'une heure et pas de travail intensif. Des cures d'anti-inflammatoires de temps en temps pourront aussi lui apporter un confort de vie.

Depuis, tout se passe bien. Emma s'occupe à merveille de son "nounours", il ne boite quasiment jamais grâce aux bons soins qu'il reçoit. En janvier 2017, Larry nous fait à tous une très grosse frayeur car il est hospitalisée à la clinique de Sauzet pour une grave colique. Plusieurs jours d'angoisses avec des hauts et des bas pour notre loulou mais finalement, il nous montre que c'est un guerrier et il finit par s'en sortir, pour notre plus grand bonheur et surtout celui d'Emma !

 

Je crois que l'on peut dire que Larry est aussi heureux que sa maman humaine ; nous espérons que ce duo fonctionne encore de très longues années et nous leur souhaitons beaucoup de bonheur ! Au fil des mois, Emma est devenue une amie pour nous, nous avons très très souvent des nouvelles de Larry, qui est en pleine forme !

Longue vie à vous deux !

 

PS : nous en profitons d'ailleurs pour faire un "clin d'oeil" à nos (trop) nombreux adoptants qui ont tendance à nous "oublier" !!! Il est bien spécifié sur le contrat que nous voulons recevoir des nouvelles de nos chevaux adoptés mais bien souvent, nous ne recevons plus rien au bout de quelques mois ! Alors, s'il-vous-plait, un petit mail 2 ou 3 fois par an, avec des jolies photos, ça ne prend pas beaucoup de temps et ça nous fait vraiment plaisir ! Merci d'avance et merci aussi à ceux qui nous envoie des nouvelles, on adore !!!

 

Nous voilà donc fin mai 2016, l'année est très loin d'être finie avec encore bien des événements à venir ! ; il ne me reste qu'à vous remercier pour votre fidélité et à vous dire à très bientôt avec la suite de nos nouvelles !

Amicalement,

Camille

 

 

Les événements de juin à septembre 2016

Bonjour à tous ! L'année 2016 avance et voici les événements qui se sont passés au refuge entre juin et septembre. Encore des mois bien remplis et forts en émotions, parfois belles, parfois tristes, c'est notre lot quotidien et quoi qu'il arrive, on ne se lasse jamais !

On récupère FILOU & FELICE !

Vous vous souvenez sans doute de l'arrivée de 20 nouveaux pensionnaires, fin août 2015. Ces chevaux étaient issus d'un troupeau de 150 équidés vivants sur un terrain minuscule dans la région du Morvan, avec très peu d'eau et quasiment aucune nourriture. L'intégralité de ce troupeau avait alors été saisi par la Ligue Française de Protection du Cheval (LFPC) et, si nous avons accepté d'en accueillir 20, tous les autres ont été répartis dans plusieurs associations, par groupes plus ou moins importants, selon les capacités d'accueil de chaque structure. Ainsi, 10 chevaux ont été confiés à une association que nous connaissons, les Chevaux de l'Eden, proche de Nîmes. Ces derniers n'ayant pas un grand refuge, ils ont choisis de replacer certains chevaux dans des familles d'accueils. Malheureusement, cette solution n'est pas toujours idéale, surtout lorsqu'il n'y a pas de suivi et, visiblement, ça n'a pas été un bon choix pour FILOU et FELICE !

En effet, début juin 2016, nous sommes sollicités pour récupérer ces deux jeunes chevaux. Des voisins les ont signalés et ce sont les gendarmes en personne qui ont appelé Paula car les chevaux sont parqués sur un petit terrain au bord de la route, ils sont très maigres et passent leur temps à s'appuyer sur le grillage qui sert de clotûre pour essayer de grapiller quelques brins d'herbe, au risque de se blesser gravement dans les morceaux de ferraille.

Après une première visite de Paula, il semble nécessaire et urgent de les sortir de là ; ils sont en pleine croissance et manquent visiblement de nourriture. La pouliche présente un oeil abimé qui nécessite des soins.

Les poulains sont maigres et cherchent désespérement de la nourriture !

Le grillage est complètement plié et des morceaux de fer pointus pourraient être dangereux et à l'origine de graves blessures

 

Ainsi, le 14 juin, Paula & moi revenons avec le van pour les ramener au refuge. Nous rencontrons la dame qui les a accueillis, elle n'est pas une mauvaise personne mais le manque de connaissances est visible, cette dame nous affirme distribuer de grandes quantités de foin et de céréales mais l'état des chevaux ne le confirme pas vraiment !

Après un embarquement un peu laborieux (il n'est pas toujours très simple de faire monter un jeune cheval dans un van !), le transport se passe très bien et les voilà bien installés au refuge.

Filou (licol rouge) est le plus maigre des deux. Les côtes visibles, le ventre gonflé (il a besoin d'être vermifugé!), son encolure est très fine, il n'a aucun muscle...

C'est un poulain en pleine croissance et c'est parfois une période un peu difficile pour un cheval mais le manque d'une bonne alimentation riche est flagrant.

 

Filou se révèle immédiatement être un amour de petit cheval. Très proche de l'homme, il adore notre compagnie et se montre très coopératif pour les soins et les manipulations habituelles (marcher en longe, donner les pieds, pansage, vermifuge...). Par contre, la jolie Félice est bien plus timide, elle a visiblement une crainte de l'homme et il nous faudra un peu de temps pour l'apprivoiser et lui donner confiance. Elle est néamoins très gentille et apprend vite.

A ce jour, un an après leur arrivée, nos deux gamins sont méconnaissables ! Déjà, au bout d'un mois à peine passé au refuge, ils avaient repris du poids et leur poil est devenu brillant. Filou est toujours aussi adorable, et Félice nous fait désormais beaucoup plus confiance même si elle reste un peu craintive au premier abord.

 

FRINGANT, un nouveau pensionnaire

Dans le courant de l'été 2015, nous sommes mis au courant d'une enquête réalisés par la SPA des Baux de Provence. Les voisins de M. Vidau, "pseudo" éleveur à St Rémy de Provence, constatent la mort d'un étalon près de chez eux. Ils alertent alors la Spa des Baux qui, sur les lieux, découvre la nourriture donnée à ces équins : fruits pourris, restes de viennoiserie, pain frais, soit une nutrition totalement inadaptée à un développement sain. Certes, les juments sont grosses mais en mauvaise santé et elles ne produisent de ce fait quasiment pas de lait pour leurs poulains, dont beaucoup meurent... De plus, l'état de leurs sabots révèlent un manque grave de soins de maréchalerie !

Le président de la SPA s'attelle avec des spécialistes à raisonner le propriétaire âgé sur un régime alimentaire approprié pour son élevage.

La suite s'avère encore plus délicate. Un nouveau témoignage arrive à la Spa sur le sevrage de poulains transportés dans un pré, attachés derrière un véhicule ; l'un d'entre eux ayant chuté il a été traîné sur plusieurs mètres.

Une nouvelle visite auprès du propriétaire ne laisse apparaître aucune amélioration nutritionnelle. Un constat auprès de la gendarmerie est alors effectué, suivi d'une plainte et une saisie ordonnée.

Lundi 13 juin 2016, lors de la préparation d'enlèvement des chevaux, une triste découverte est faite par un bénévole de la Spa : une jument qui devait mettre bas est trouvée en détresse. Un vétérinaire mandaté par la Spa constate un bouchon oesophagien dû à un étouffement par fruits. La jument décède deux jours après.

La saisie conservatoire confirmée par le procureur, la Spa avec l'aide d'associations diverses et la manade Lescot, a mis en sécurité quatre juments et trois poulains.

Source photos & texte explicatif : site officiel de la SPA des Baux !

 

Et nous dans tout cela, me direz-vous ?! En réalité, nous sommes sollicités pour récupérer un jeune poulain. Il est le plus mal en point du troupeau et les responsables de l'enquête préfèrent l'isoler des autres chevaux et nous le confier pour qu'il reçoive tous les soins nécessaires. Il n'a que quelques mois, 8 ou 9 peut-être, et en bien mauvais état... Maigre et complètement carencé (trop petit pour son âge!), un vilain poil, couvert de poux... le pauvre petit que nous appelerons FRINGANT fait peine à voir. "Fringant", car nous sommes persuadés qu'il le deviendra vite, après quelques mois au refuge, en recevant une excellente alimentation et de bons soins !

Le 15 juin, nous voici donc une fois de plus sur les routes, Paula & moi, pour récupérer notre petit Fringant qui nous attend en sécurité dans un centre équestre en Provence. Nous découvrons alors une petite misère, pauvre chou, il fait peine à voir... Il embarque rapidement dans le van et nous le ramenons au refuge où il sera enfin traité et soigné comme il me mérite. Fringant est un amour, il est très reconnaissant envers l'humain et nous donne toute sa confiance. Il faudra plusieurs mois pour qu'il se refasse une santé et perde son vilain poil hirsute !

 

Mais à ce jour, au printemps 2017, il n'est vraiment plus le même ! Sa robe noire brille comme jamais ; il est encore en pleine croissance et change à vu d'oeil. Même s'il reste de petite taille pour un cheval de 2 ans, il a déjà bien grandit et continuera à prendre quelques cm pendant les prochaines années. Côté caractère, comme tout adolescent, il s'affirme un peu plus mais reste très câlin et proche de l'homme. Il a besoin de douceur et de calme pour se sentir bien, mais il apprend vite et bien, et chaque découverte est un plaisir pour lui ! Il partage sa vie avec Fringale, une pouliche du même âge avec qui il s'entend à merveille. Nous trouvons qu'ils forment un duo très assorti, tant par leur nom que par leur robe !

Notre beau FRINGANT (sans licol) et sa copine FRINGALE !

 

NIRVANA, une nouvelle maison !

En mai dernier, nous vous racontions les aventures de LARRY. Né au refuge, adopté à 3 ans, revenu 10 ans plus tard et finalement ré-adopté et très heureux chez Emma !

On peut dire qu'il est arrivé exactement la même chose à notre beau NIRVANA ! Lui aussi est né au refuge, fils d'une jument de trait sauvée de la boucherie en 2000. Adopté une première fois lorsqu'il était tout jeune, il faisait le bonheur d'une famille et tout allait bien. Malheureusement, fin janvier 2015, les adoptants nous recontactent et nous devons récupérer Nirvana. En effet, leur second cheval est décédé, ils ne souhaitent pas en reprendre un nouveau mais Nirvana ne tolère pas la solitude. Ce cheval si gentil est devenu soudainement agressif, très distant voire inattrapable, et surtout il cassait systématiquement ses clotûres et se retrouvait en divagation sur les routes. Cette situation ne pouvait plus durer, et le 28 janvier, le voilà de retour au refuge.

 

Nous l'installons au sein d'un groupe de 6 hongres, il retrouve ainsi des copains, une vie sociale et un équilibre, son comportement s'améliore très vite et il passe plusieurs mois avec nous, très serein et adorable. Nous en profitons pour faire quelques ballades avec lui, il adore ça et c'est aussi très bon pour son moral !

 

Puis, en juin 2016, nous faisons la connaissance de William, un jeune homme venu au refuge à la recherche d'un cheval. Déjà propriétaire d'un poney, il aimerait faire une surprise à sa compagne en lui offrant le cheval de ses rêves pour pouvoir faire de belles randonnées ! Convaincus par la sincérité et la gentillesse de ce monsieur, nous lui présentons alors Nirvana qui correspond bien à ce qu'il recherche, un gros nounours très gentil, montable pour sa femme mais aussi pour ses jeunes enfants. Là, c'est le grand coup de coeur et William ne souhaite même pas voir d'autres chevaux ; c'est Nirvana qu'il veut ! L'adoption est rapidement officialisée par la signature du contrat, et quelques jours plus tard, le 2 juillet exactement, nous voilà sur les routes Paula et moi, et notre gros loulou dans le van ! Le transport se passe à merveille, William nous attend dans un coin discret et c'est à pied que nous arrivons dans la propriété. La surprise est tout à fait réussie, la nouvelle maman de Nirvana n'y croit pas, elle est aux anges et déjà sous le charme de son nouveau compagnon ! L'émotion est palpable et nous sommes très heureux pour eux, Nirvana sera très bien dans cette nouvelle famille, choyé et aimé comme il le mérite, c'est un amour de cheval !

NIRVANA est bien installé et très curieux de connaitre son voisin le poney ! Dans un premier temps, ils feront connaissance à distance (Nirvana a beau être gentil, il est très gros et costaud !) puis serons sans doute installés dans le même parc prochainement !

 

Nous l'installons dans un joli parc arboré, un bel abri y est construit et Nirvana se sent déjà très à l'aise !

C'est le coeur léger que nous repartons, confiants et ravis ! Longue vie mon bonhomme, en espérant que nous ne te reverrons jamais au refuge ! Depuis, nous recevons des nouvelles régulièrement, tout va bien !

Saisie de SULTAN & VENUS

Au refuge, il n'y a pas de trêves ni de vacances, la misère animale ne s'arrêtent jamais et il nous faut pouvoir gérer chaque situation au mieux. Ainsi, début août, alors que les températures sont caniculaires, nous sommes sollicités une fois de plus par les Services Vétérinaires pour venir chercher en urgence deux chevaux dans un état dramatique. Squelettiques, les pauvres loulous vivent avec d'autres chevaux bien plus jeunes et en bonne santé, de ce fait ils ne peuvent pas atteindre les rations de foin ni même l'abreuvoir. Le propriétaire ne semble pas affolé par l'état de ses chevaux, pire, il s'en fout complètement puisqu'ils sont "vieux et inutiles" et il est temps de les sortir de là avant qu'ils meurent de faim et surtout de soif...

 

Le 3 août, Paula part donc avec Claire (notre amie bénévole), ils sont à Salinelles, un village proche de Sommières, une petite heure à peine du refuge. C'est assez catastrophée qu'elles reviennent au refuge, nous ne nous habituerons jamais à voir des animaux dans un tel état, c'est effroyable... Pauvres chevaux, en plus ils sont adorables, très doux et reconnaissants envers nous.

Enfin au refuge, en sécurité, ces chevaux ne sont que l'ombre d'eux-même... Complètement amorphes, épuisés et à bout de forces...

Ils n'auraient pas survécu plus longtemps là-bas...

 

L'état de Sultan, un hongre de 28 ans, est le plus préoccupant. Sa maigreur fait peur à voir, il n'est plus un jeune homme et nous savons qu'il est toujours difficile de faire grossir un cheval âgé. D'autant plus que Sultan a l'air résigné, son oeil est triste, ce pauvre cheval est au bout et complètement à l'abandon après avoir bien servi à son propriétaire (il était auparavant utilisé pour faire des abrivades, tradition camarguaise de travail entre les chevaux et les taureaux)...

Comment peut-on laisser un cheval dans un tel état ? Le regarder mourir à petit feu sans lever le petit doigt ?

Nous ne pourrons jamais comprendre la cruauté de certains humains...

 

La jument elle, Vénus, n'a que 19 ans mais elle est aussi extrêmement maigre ! Elle présente en plus une grave boiterie au niveau des hanches. Un examen de notre vétérinaire nous apprendra qu'elle souffre en réalité d'une frature de la hanche. Nous ne pouvons rien y faire à part soulager la douleur avec des anti-inflammatoires, elle peut tout à faire vivre avec et il faut juste qu'elle reste assez "mince" pour ne pas surcharger ses articulations. Bien sûr, tous les deux reçoivent les soins nécessaires. Visite du dentiste, du maréchal-ferrant, vermifuge et rations de nourriture riches et pleine de vitamines adaptées à leur âge.

VENUS a 19 ans, elle est squelletique et très handicapée par sa hanche douloureuse. Elle devait se faire en permanence bousculer par les autres chevaux du groupe...

 

Quelques semaines passent et nos deux protégés reprennent doucement du poil de la bête ! Vénus grossit rapidement, elle reprend des forces et le moral. Elle nous révèle aussi un caractère assez affirmé ; avec nous elle est adorable mais se montre très dominante avec ses compagnons de parc. Peut-on lui en vouloir, après ce qu'elle a vécu, de défendre férocement sa ration de nourriture ?! Nous, on préfère la voir comme ça !

Voici notre belle Vénus au printemps 2017 ; en pleine forme et heureuse de vivre !

 

Malheureusement, notre adorable Sultan ne s'est pas aussi bien rétabli. Nous le craignions déjà à son arrivée mais, après plusieurs semaines au refuge, nous sommes obligés de constater qu'il n'a quasiment pas grossi et semble toujours très fatigué. Il a néanmoins bon appétit, il adore les carottes et dévore ses rations sans pour autant prendre un gramme... Nous le sortons en paddock la journée et il rentre en box le soir, où il peut se reposer sur une épaisse couche de litière confortable. Un matin de septembre, le 19 exactement, nous le trouvons couché dans son box et, malgré notre aide, incapable de se lever. Il semble montrer des symptômes neurologiques (sorte de convulsions, absences...). Nous appelons immédiatement notre vétérinaire qui ne tarde pas mais, lorsqu'elle arrive, Sultan est déjà presque inconscient. Après un examen complet, le diagnostic semble être une défaillance générale des organes, dûe à son âge, sa fatigue et les séquelles de sa maigreur... Nous avons fait notre maximum pour lui, mais il s'endormira sous nos caresses réconfortantes. Nous sommes désespérés, c'était un cheval très attachant et nous l'aimions déjà beaucoup ; nous voulions lui montrer que l'humain n'est pas toujours si mauvais... Notre seule consolation est de se dire qu'il n'est pas mort seul et dans l'ignorance la plus totale de son propriétaire, ici il était entouré et aimé... Te voilà libre, mon beau, de galoper dans les vertes prairies... Nous ne t'oublierons jamais.

 

ELF & VANDA nous quittent...

En mars 2013, nous récupérions deux chevaux au refuge, Elf et Gavroche. Ils étaient en pension dans une structure équestre vers Nîmes mais, depuis plusieurs mois, leur propriétaire ne payait plus, malgré des courriers de relance, et les dirigeants de la pension étaient bien embêtés avec ces deux gros chevaux, qui mangent beaucoup et coutent chers ! Ils ont alors pris la décision de tout simplement lâcher les chevaux sur la route, les laissant en divagation ! Cet acte est indéfendable ; certes les chevaux coûtent de l'argent mais il y a des recours contre les propriétaires et dans ce cas-là, ils ont mis en danger les chevaux ainsi que les automobilistes car un accident avec une voiture aurait pu être dramatique pour tout le monde ! Heureusement, les chevaux ont été récupérés par la gendarmerie, qui nous ont alors contactés pour les récupérer. Bien consients que nous ne verrons jamais, nous non plus, le paiement de la pension, nous ne pouvions pas laisser ces chevaux sur la route et nous sommes donc partis, Paula & moi, pour les récupérer ! Depuis lors, Elf et son copain Gavroche vivent alors une vie tranquille au refuge.

 

Mais nos garçons ne sont plus tout jeunes, Elf est un ancien cheval de saut d'obstacles et il est plutôt "abimé" au niveau articulaire et souffre d'arthrose à un stade avancé. Comme si cela ne suffisait pas, durant le mois de juillet 2016, Elf est victime de 2 AVC successifs, dont les causes sont inconnues. S'il se remet plutôt bien du premier, le second lui laisse une paralysie partielle de l'arrière main, ses postérieurs sont complètement décallés par rapport à son corps, il a beaucoup de mal à tenir debout et à marcher... Après un examen de notre vétérinaire, nous ne pouvons rien faire pour améliorer son état, il est inutile de le laisser souffrir (il tombe souvent et se blesse), il a énormément maigri en peu de temps ; de ce fait, il est temps de prendre pour lui l'ultime décision. Elf s'endormira paisiblement le 7 août 2016, ciao beau garçon, il avait 25 ans...

 

Gavroche, lui, est toujours avec nous. Il a eu beaucoup de mal à se remettre de la disparition de son compagnon avec qui il a passé toute sa vie, mais depuis nous l'avons installé avec un nouveau congénère et il poursuit sa vie tranquillement.

Comme chaque année a lieu, le premier dimanche de septembre, notre grande Journée Porte-Ouverte ! C'est généralement une belle journée, riche en rencontres et en émotions. Malheureusement, cette année, ce jour est entaché par notre inquiétude pour VANDA, notre vieille jument Selle-Français qui vit au refuge depuis le tout début. Elle devrait fêter ses 30 ans au printemps prochain, mais nous la surveillions de près car notre belle est fatiguée et, depuis des années déjà, nous la portons à bout de bras. Ce matin donc, du dimanche 4 septembre 2016, lors de la tournée de nourriture, nous découvrons Vanda dans un état préoccupant. Elle refuse la nourriture, transpire à outrance et respire très vite (rythme cardiaque excessif). Malgré la surcharge de travail ce jour pour accueillir les 300 ou 400 personnes habituelles, nous mettons tout en suspens pour s'occuper de notre jument. Rapatriée dans un box, les premiers examens et soins lui sont prodigués (piqûres d'anti-douleurs, calmant pour le coeur...). Notre vétérinaire ne tardera pas à venir pour installer une perfusion, néanmoins elle ne nous cache pas son mauvais pronostic pour la jument qui semble souffrir d'une défaillance générale des organes...

 

Malgré tout la journée doit se poursuivre ; il nous faut gérer la foule tout en s'occupant toujours de Vanda qui semble partir doucement... Ce fut très éprouvant pour nous tous, nous aurions préféré beaucoup plus de calme pour elle mais c'est ainsi, et nous remercions d'ailleurs tous nos visiteurs pour leur compréhension. En fin de journée, notre vétérinaire revient faire un bilan mais sa décision, que nous avions déjà compris sans vraiment le formuler, tombe rapidement. Vanda est restée couchée toute la journée, elle n'en peut plus, son rythme cardiaque est toujours très rapide et l'infarctus est tout proche. Pour lui éviter de souffrir plus longtemps, notre vétérinaire l'endormira avec beaucoup de respect ; nous l'avons tous beaucoup entourée...

 

Au revoir belle Vanda, tu as connu le refuge il y a plus de 20 ans, on peut dire que tu y as vécu de très belles années, et nous ne t'oublierons jamais...

 

EXTRA est adoptée !

Il nous arrive de saisir des juments victimes de maltraitance, et de se rendre compte un peu plus tard que ces dernières sont gestantes ! Même si notre vocation n'est en rien de faire de "l'élevage", il nous faut avouer que la naissance d'un poulain reste un moment magique ! Ainsi, entre mars et avril 2014, quatre juments saisies quelques mois plus tôt, nous offre quatre beaux poulains en pleine santé.

Parmi eux, il y a eu la belle EXTRA, fille de la jument River ! Elle est née le 3 avril 2014, c'est une jolie pouliche en pleine santé, pleine de fougue et très curieuse.

EXTRA vient de naître, sa maman River est en pleine forme, c'est une super maman ! Bienvenue au monde, petite puce !

 

Lorsqu'elle a eu 3 ans, nous avons commencé à parler d'elle afin de lui trouver une excellent famille, et c'est Sandy, une jeune femme très gentille, qui a été la première à craquer pour notre jolie fille ! Il nous a fallu patienter quelques mois afin que tout soit prêt pour accueillir Extra (construction de l'abri, castration du poney qui deviendra son copain...) et le 13 septembre, c'est le grand départ pour Extra !

 

Notre belle embarque très bien dans le van, le voyage se passe à merveille et après une petite heure de route, la voilà arrivée dans sa nouvelle maison. Un immense parc bien vert, un bel abri, un copain poney et même un mouton ! Tout semble idéal pour qu'Extra s'y sente bien. Nous la confions à Sandy en espérant que tout se passe au mieux pour toutes les deux !

 

Depuis, nous avons reçu des nouvelles. Extra est en pleine forme, elle a fait beaucoup de progrès et commence même le travail de débourrage. D'ailleurs, Sandy a fait appel à notre ami Walter Badet pour l'aider, éthologue avec qui nous avons déjà travaillé avec nos chevaux difficiles au refuge.

Longue vie à toi, belle Extra !

Nouvelle vie pour ELIXIR !

Dans l'article précédent, nous vous présentions Extra, née au refuge et ayant trouvée une très bonne famille. Mais la belle avait un petit frère, ELIXIR, fils d'Upie, né quelques jours après Extra, le 7 avril 2014 exactement !

ELIXIR n'a que quelques heures ! Sa maman Upie va très bien, et lui est en pleine santé et prêt à découvrir le monde !

 

Après avoir passé ses trois premières années au refuge, lui aussi a eu beaucoup de chance car il a été un vrai coup de foudre pour deux femmes très gentilles, propriétaires de grands terrains et à la recherche d'un jeune cheval dans le but de construire une belle relation !

Après une visite au refuge et un très bon contact avec notre timide garçon, l'adoption est rapidement conclue avec la signature du contrat. Nous sommes très contents de ce placement, Elixir est un poulain un peu compliqué, distant avec l'humain au premier abord, il a besoin de beaucoup de temps et de patience pour accorder sa confiance. Ses adoptantes sont d'un calme absolu, d'une grande douceur alors nous sommes rapidement convaincus que c'est la famille idéale pour lui !

Rencontre avec Elixir au refuge !

 

Le 25 septembre 2016, c'est le grand jour car Elixir part dans sa nouvelle maison ! Paula & Jean-Claude se chargent du voyage en direction de l'Ariège, c'est plus loin que les 70 km que nous exigeons mais certaines adoptions font l'objet d'une exception, lorsque les adoptants sont tellement supers et les conditions de vie optimales ! Tout se passe à merveille, Elixir voyage très bien et découvre son nouvel environnement avec beaucoup de sérénité. Il sera loin d'être seul car ils partageraient son immense champ d'herbe avec d'autres chevaux, des ânes et mêmes des vaches sauvées de la boucherie ! Une belle vie commence pour lui, nous sommes très heureux et accordons toute notre confiance à Dominique et Brigitte !

 

Depuis, nous avons régulièrement des nouvelles, tout se passe très bien, Elixir est très heureux. Il commence tout doucement à découvrir le travail de débourrage mais rien ne presse, il est encore tout jeune et en pleine croissance !

 

Nous voici déjà fin septembre 2016. L'automne est là, puis l'hiver arrivera et c'est pour nous mais surtout pour nos pensionnaires une période difficile. Les aléas de la météo, les pluies diluviennes, le froid et parfois la neige ! Rien de très drôle pour nos vieux équidés mais, cette année encore, nous ferons le maximum pour adoucir et rendre le plus agréable possible le quotidien de chacun... Mais cette fin d'année sera surtout marquée par un drame humain et personnel, j'avoue que la perspective d'écrire ces lignes à ce sujet m'angoisse et me vrille déjà le coeur mais c'est ainsi, vous comprendrez bientôt, dans la prochaine publication pour finir l'année 2016...

Il ne me reste qu'à vous remercier une fois de plus pour votre fidélité, votre lecture et votre engagement pour les animaux ! A très bientôt,

Amicalement,

Camille ALVAN

 

 

Les événements d'octobre à décembre 2016, et leurs actualités !

 

Un hiver difficile pour nos vieux loulous...

L'automne et l'hiver sont souvent des saisons difficiles pour nos pensionnaires les plus âgés. Les changements climatiques, les pluies diluviennes, les premiers froids... tout cela complique la vie de nos doyens, vieux et souffrant d'arthrose ou autres pathologies délicates. Bien sûr, certains de nos chevaux, les plus fragiles, vivent en box et tous les autres ont un abri dans leur parc, et une couverture chaude et étanche si besoin. Mais cette année ne fait pas exception et les décès font partis de nos craintes.

Ainsi, le 8 octobre, nous perdons à notre grande surprise SERENA. Cette jument espagnole vit au refuge depuis plus de 15 ans ; ayant un passé très difficile, elle a toujours eu une grande crainte de l'homme et de ce fait, vivait au sein de notre troupeau de 20 juments "sauvages" sauvées de la boucherie en 2000. Bien que Séréna ait passé la trentaine, elle profitait d'une vie paisible et ne nous causait aucune inquiétude. Ronde à souhait, en pleine forme, elle était toujours la première à galoper derrière la remorque lorsque nous donnions le foin !

 

Mais ce jour là, nous trouvons son corps sans vie dans un coin du parc, elle a sans doute été victime d'une crise cardiaque et s'en est allée sans souffrance durant la nuit. Nous ne pouvons donner aucune raison à ce décès, mis à part son âge canonique, elle n'a jamais montré le moindre signe de faiblesse. Mais un infarctus n'est jamais vraiment prévisible et la nature fait son oeuvre. Ciao jolie fille, on ne peut pas dire que nous étions très proches toi & nous mais nous t'aimions beaucoup...

Quelques jours plus tard, journée très difficile car nous perdons deux de nos plus vieux pensionnaires. Roxane a 36 ans, c'est une ancienne ponette de club qui a profité d'une longue retraite au refuge. Alors que durant toute sa vie, elle a toujours été très ronde et en forme, depuis quelques mois nous la voyions dépérir doucement. Devenue progressivement aveugle, elle ne s'adaptait pas à cette pathologie et se cognait de plus en plus dans les murs de son abri ou dans les clotûres. Son caractère néanmoins très affirmé nous a toujours empêché de l'installer dans un box car elle ne supportait pas l'enfermement et devenait très agitée et incontrolable. Quoi qu'il en soit, le box n'aurait pas arrangé grand chose puisqu'elle se serait d'autant plus cognée contre les murs !

 

Lorsque nous avons constaté qu'elle maigrissait, boudait ses rations alors qu'elle était naturellement très gourmande, nous avons discuté avec notre vétérinaire, Roxane arrivait au bout du chemin et sa vie n'était plus du tout confortable, ainsi nous avons pris la décision de l'endormir.

 

Ciao Rox', tu rejoins ton fidèle ami Apache avec qui tu avais passé tant d'années ! Décédé il y a quelques années à 32 ans, Apache te manquait beaucoup et vous voilà désormais réunis...

Bien sûr, nous aimons tous nos pensionnaires et chaque perte est une épreuve difficile. Néanmoins, nous ne pouvons pas nier que nous avons nos chouchoux, certains ayant une histoire, un passé ou bien un caractère spécial qui fait que nous sommes particulièrement attaché à eux. C'était le cas de notre BIBI, il était un peu notre âne mascotte et lui dire au revoir a été un véritable déchirement. Bibi, on peut dire qu'il a connu le refuge depuis le tout début ! Paula l'avait récupéré alors qu'il était encore tout jeune, c'était son âne chéri ; il a vécu 25 ans à nos côtés et nous avions du mal à imaginer notre quotidien sans lui !

 

Depuis plusieurs années, Bibi souffrait d'arthrose à un stade très avancé ; bien qu'il n'ait jamais été monté ni quoi que ce soit, notre pauvre loulou avait les articulations bien abimées à cause de son âge. De ce fait, il nous causait beaucoup de soucis car bien souvent, le matin, nous le trouvions couché dans son box et la douleur intense l'empêchait de se relever. Les traitements anti-inflammatoires lui ont permis de passer plusieurs années de plus avec nous, les plus douces et confortables possibles. Nous avions installé un tapis en caoutchouc très épais dans son box afin qu'il soit plus à l'aise sur ses jambes, et toute la journée, il profitait d'une totale liberté dans le refuge, promenant à sa guise et broutant ça et là quelques brins d'herbe ou réclamant un morceau de pain à tous les visiteurs ! Bien sûr, comme tous les ânes, Bibi avait ce tempérament de gentil voyou et faire des bêtises, c'était son activité préféré !!! Si nous ne le surveillions pas, il dévorait les fleurs du jardin de Paula, ou même ouvrait la porte du local de stockage de céréales ! Avec lui, nous avons appris à tout ranger, mettre des verrous sur les portes, cacher les sacs de carottes, clotûrer le jardin et rien ne devait trainer si on ne voulait pas qu'il nous le vole ! C'était un sacré jeu avec lui, et je dois dire que depuis qu'il n'est plus là, on s'ennuie un peu...

 

Car en effet, l'arrivée des pluies d'automne a été très difficile pour lui. Il faut savoir que l'humidité est très douloureuse pour tous ceux qui souffrent d'arthrose et nous constations avec beaucoup de peine que Bibi ne pouvait presque plus se déplacer. Son antérieur droit était particulièrement abimé et déformé par sa pathologie, chaque pas devenait une torture et, malgré tout l'amour que nous lui portions, il était inconcevable de le laisser souffrir ainsi... Ce fut un vrai drame mais notre vétérinaire était d'accord avec nous et Bibi nous a quitté le 10 octobre 2016, très bien entouré avec nos mots et nos caresses réconfortantes jusqu'à la fin.. Nous n'avons pas de certitude sur son âge mais il devait avoir plus de 32 ans...

 

Au revoir mon beau, tu nous manques tant...

Les semaines suivantes se déroulent sans autre souci, heureusement ! Nous voilà désormais en décembre et ce matin du 3 de ce mois, nous avons la très mauvaise surprise de trouver notre vieille ânesse Olivette (rebaptisée Olive) décédée dans son box. Olive, nous l'avions récupérée en février 2014 avec 6 autres ânes ; ils vivaient chez une dame très âgée et handicapée qui ne pouvait en aucun cas s'occuper de son cheptel. Les ânes étaient nourris par des voisins dévoués mais les clotûres étaient en très mauvais état, les ânes se sauvaient souvent et la route toute proche était un grand danger. De ce fait, nous avions accueilli tout ce petit monde au refuge.

 

Olive avait par la suite été adoptée chez des amis proches mais elle avait du revenir suite à des soucis de santé. Nous n'avons aucune certitude quant à son âge, peut-être 20 ou 25 ans, ou même un peu plus. Mais Olive n'était pas vraiment en forme, elle ne présentait pas de symptômes précis mais elle semblait toujours fatiguée, elle avait peu d'appétit et passait beaucoup de temps couchée. Ce matin de décembre, son coeur s'est simplement arrêté, elle n'a pas souffert, il n'y avait aucune trace de mouvements ou de défense dans son box, elle s'est juste endormie et, même si nous avions beaucoup de peine, c'est un décès naturel et on ne peut souhaiter mieux pour nos animaux chéris... Ciao gentille Olive, tu étais un amour et nous t'avons donné le maximum pour t'offrir la meilleure vie possible.

Au refuge, bien que l'énorme majorité de nos pensionnaires sont des équidés, nous avons aussi d'autres animaux plus ou moins "originaux", comme des lamas par exemple ! Panico vivait chez nous depuis une dizaine d'année, sa propriétaire nous l'avait confié car elle ne l'assumait plus. Plutôt sauvageon mais très gentil, Panico ne nous posait aucun souci, il passait des jours tranquilles avec ses copains les poneys ! Néanmoins, Panico vieillissait et nous le trouvions déjà un peu triste et fatigué.

 

Puis, fin décembre 2015, lors d'une saisie, nous avons accueilli un second lama, Kuzco. Nous pensions que Panico serait ravi d'avoir un congénère de son espèce (ce sont habituellement des animaux très sociaux) mais il s'est trouvé que nous avons fait une erreur ! Kuzco était bien plus jeune et fougueux, il s'est montré très dominant et aggressif envers Panico et au bout de quelques jours à peine, nous avons du intervenir pour les séparer avant qu'il n'y ait un blessé ! Panico a par la suite été installé dans le parc de nos deux gentils ânes, Fleurette et Pistou. Ici, tout se passait mieux et notre vieux lama a pu passer plusieurs mois très tranquille ! Mais, petit à petit, nous constatons qu'il maigrit et passe tout son temps couché dans un coin du parc.

 

C'est un animal assez difficile à soigner, peu manipulé, la présence des humains le stresse et nous sommes assez impuissants. Heureusement, notre vétérinaire est très compétente, avec les chevaux bien sûr, mais aussi avec la faune "sauvage" et les lamas, elle les connait bien ! Elle nous apprend donc que Panico est simplement en fin de vie, il n'y a pas grand chose à faire à par lui offrir le plus de confort possible. Ainsi, nous l'installons finalement dans un box où il peut se coucher sur une épaisse couche de litière. Un soir, le 20 décembre, il s'endormira naturellement, dans le calme et sans aucune souffrance. L'espérance de vie d'un lama est de 20 ans environ, Panico devait avoir une grosse quinzaine d'années. Au revoir bonhomme, nous aimions beaucoup tes mimiques très drôles et, malgré ta timidité, tu étais très attachant...

L'année 2016 s'achève avec le décès de SAPHIR, notre vieux Staff de 14 ans ! Il vivait au refuge depuis plus d'un an, sa propriétaire l'ayant abandonné et jeté sur la route alors qu'il avait plus de 12 ans !! Un âge canonique pour un chien de cette race, comment peut-on être aussi cruelle pour abandonner un chien après tant d'années, lui qui n'a connu que la vie en maison, dormant au chaud dans son panier, il se retrouvait soudainement à courir entre les voitures sur une route nationale !!! Heureusement, une jeune fille l'a trouvé et nous la confié ; inutile de vous dire notre colère lorsque nous découvert son histoire et, au téléphone, sa "propriétaire" (son nom était sur les papiers d'identification du chien) qui nous disait que "ce n'est soit disant pas son chien, donc elle s'en fiche"...

 

Bref, nous avons donc gardé notre brave Papy. Malheureusement, malgré nos recherches, impossible de lui trouver une place en famille, il est toujours très difficile de placer des vieux chiens donc Saphir s'est retrouvé en chenil. Bien sûr, Jean-Claude lui a construit une niche 5 étoiles, doublement isolée afin qu'il n'ait pas froid et ne ressente pas du tout l'humidité. Saphir était un chien adorable, nous le promenions chaque jour et, malgré son âge, il avait une pêche incroyable et ne se lassait jamais de courir ! Quasiment sourd, il devenait progressivement aveugle mais il était néanmoins toujours de bonne humeur, toujours content de nous voir et il a gardé son féroce appétit jusqu'à la fin !

 

Ciao mon garçon, tu t'es endormi dans nos bras chez le vétérinaire le 29 décembre, nous ne t'oublierons jamais, petit amour.

On accueille ANIS & AQUELO !

Fin octobre 2016, nous sommes mis au courant d'une très grosse saisie de 28 chevaux et 1 âne à Générac, une ville non loin du refuge, chez Mr THOMAS, un manadier connu dans la région. L'enquête a été menée par 30 millions d'amis et, suite à la découverte sur la propriété de plusieurs corps de chevaux et poulains probablement morts de faim, l'ordre de saisie fut donnée par le procureur. Au vu du nombre important de chevaux à récupérer, l'association Brigitte Bardot et nous-même sommes volontaires pour accueillir quelques équidés dans nos refuges. Pour ainsi dire, à cette période nous sommes plus qu'au complet, les écuries sont pleines et c'est toujours assez délicat de prendre des chevaux supplémentaires durant cette saison (l'automne est là, certains de nos parcs deviennent inutilisables à cause des fortes pluies et nous sommes moins à l'aise que l'été pour "libérer de la place" et changer des chevaux de parcs !). Quoi qu'il en soit, nous voulons de tout coeur aider ces chevaux et acceptons d'en récupérer deux.

Le 25 octobre, c'est le grand jour et nous voilà parties, Paula & moi, en direction de Générac. Sur place, il y a déjà beaucoup de monde, plusieurs gros camions de transport ainsi que des vans ; en tout une vingtaine de personnes travaillant pour 30 millions d'amis ou la FBB, ainsi qu'une patrouille de gendarmes, au cas où les choses tourneraient mal !

 

Néanmoins, le propriétaire des chevaux est présent et il coopère, ouf ! La suite de la journée fut assez éprouvante. Les 30 équidés, dont 8 poulains en bas âge, ne sont pas tous manipulés et certains sont carrément sauvages. Ce sont les juments qui sont le plus à plaindre. Une douzaine de juments Camargues (ainsi qu'une jument espagnole) vivent sur un terrain dangereux (ferrailles en tout genre, abris effondrés, mauvaises clotûres...), elles sont toutes squelettiques, sans doute à cause du manque de nourriture évidemment mais aussi des gestations et des poulinages chaque année, ce qui les épuisent physiquement !

 

Les poulains, tous sevrés (ils ont entre 8 mois et 1 an) sont très amaigris, leur poil est hirsute (signe de mauvaise santé) et ils sont visiblement faibles et carencés.

 

Les mâles (hongres et entiers) et l'âne, sont plutôt en bon état, bien moins maigres mais tous ont besoin de soins de maréchalerie, vermifuges et autres traitement contre les poux et les tiques - ils en sont tous infestés !

 

Hormis les juments qui sont au centre de la propriété, tous les autres équidés sont éparpillés sur les divers terrains du propriétaire, il faut y accéder par des chemins de terre et les gros camions de transport prévus ne peuvent pas y aller. De ce fait, nous et d'autres conducteurs de véhicules avec un van doivent faire des allers-retours pour ramener les chevaux vers les camions, embarquer, débarquer, ré-embarquer... Heureusement, la plupart de ces chevaux sont gentils et ces multiples manipulations se passent le mieux possible.

 

Puis il a fallu s'occuper des juments et là, les choses se sont corsées ! Très distantes envers l'homme, elles sont difficiles à attraper, le terrain est très grand et les voir galoper dans tous les sens nous inquiète, elles pourraient se blesser dans les multiples détritus sur le terrain ! Il a donc fallu aménager un couloir avec des barrières pour les bloquer, les licoler en douceur et les embarquer progressivement dans les camions et vans. Les deux premières attrapées sont pour nous, nous les embarquons tant bien que mal (elles sont apeurés mais gentilles, ouf !). Je dois dire que pour nous, la journée s'arrête là car nous devons prendre la route du retour, il est dangereux de laisser des chevaux ainsi enfermés longtemps dans un van à l'arrêt (risque de panique). On souhaite donc bon courage à toutes les personnes qui doivent attraper les 10 autres juments ! Nous avons appris plus tard que tout s'est bien passé et l'intégralité du cheptel a pu quitter cet endroit pour enfin recevoir tous les soins et la nourriture nécessaire dans des refuges compétents.

Vous pouvez découvrir la vidéo de cette journée, réalisée par 30 millions d'amis ICI !

De retour au refuge, nos deux filles sont installées dans des box que nous avons pu libérer pour elles. Après avoir relevé leur numéro d'identification (puce électronique), nous découvrons qu'elles ont toutes les deux 6 ans, et s'appellent ANIS et AQUELO ! Bienvenue les filles, promis nous allons bien s'occuper de vous et vous montrer que l'humain peut être très gentil parfois !!!

Anis & Aquelo sont confortablement installées !

Un peu inquiètes au premier abord, elles se sont rapidement détendues en voyant qu'on ne leur faisait aucun mal !

 

Les semaines suivantes, nous sommes aux petits soins avec nos nouvelles pensionnaires. Elles comprennent vite que nous leur voulons que du bien et se laisse manipuler sans trop de souci. Anis est la plus inquiète mais elle apprend progressivement à nous faire confiance. Aquelo se révèle vite être adorable, un amour de petite jument très câline. En quelques mois, elles se métamorphosent, reprennent de belles rondeurs et savourent une nouvelle vie bien plus sereine. Lorsqu'elles furent bien rétablies et en bonne santé, nous avons entamés avec chacune un travail de débourrage ; elles sont jeunes et pourraient tout à fait devenir de supers juments de loisir. Très vite, nous comprenons qu'Aquelo est déjà dressée, sans doute a-t-elle été débourrée avant d'être rachetée par Mr. Thomas. Nous faisons avec elle quelques ballades, tout se passe à merveille et, pour conclure cette très jolie histoire, Aquelo sera adoptée le 31 mars 2017 dans une excellente famille, où elle fait le bonheur de sa cavalière !

 

Quant à Anis, le travail est bien plus long car elle reste craintive mais, petit à petit, avec de la patience et beaucoup d'amour, nous la voyons progresser ! C'est une gentille jument, elle fait preuve de bonne volonté dans tout ce qu'on lui demande. Notre amie et bénévole Léa s'occupe beaucoup d'elle, elle y est très attachée et un certain lien d'amitié s'est créé entre elles, ce qui rassure considérablement notre Anis ! A ce jour, elle connait la selle et le filet, ne bouge pas au montoir et commence à faire quelques pas avec un cavalier sur le dos ! Tout doit se faire en douceur, la moindre brutalité l'inquiète et il faudra encore du travail avant de partir en ballade en tout sécurité, mais ça viendra ! D'ailleurs, nous sommes à la recherche d'une excellente famille pour elle aussi, un cavalier doux et patient ayant un bon niveau équestre et l'envie de créer une belle relation ! Si vous habitez dans un rayon de 70 km autour du refuge et que vous êtes intéressés par Anis, n'hésitez pas à nous contacter, nous pourrons en discuter !

Moins d'un an après la saisie, Anis n'a plus rien à voir avec la jument maigre et terrifiée que nous avons récupérée !

Si vous souhaitez en savoir plus sur Anis, vous pouvez lire sa fiche descriptive dans la rubrique ADOPTIONS du site !

 

Cette saisie est pour nous le schéma idéal. Récupérer des chevaux qui vivent dans de mauvaises conditions, leur donner tous les soins nécessaires pour qu'ils se rétablissent puis leur trouver une super famille pour une nouvelle vie. Ainsi, nous libérons des places au refuge pour pouvoir réaliser de nouveaux sauvetages, c'est ainsi que peut perdurer l'Association et c'est formidable ! Comme on dit souvent entre nous, adopter un animal dans un refuge (chevaux mais aussi chats, chiens..Etc) c'est en sauver 2 : celui qu'on adopte et celui qui peut être sauvé ensuite ! De ce fait, un grand merci à tous ceux qui adoptent, vous êtes géniaux !

Une nouvelle vie pour ESPOIR !

Début août 2014, nous saisissions 6 chevaux à la Manade du Cigalas à Lézan, chez Mr Papin dont nous vous avons déjà beaucoup parlé ! Il y avait 5 chevaux adultes, tous dans un état épouvantable et extrêmement maigres. Mais le cas d'Espoir est un peu particulier. En effet, ce jour-là, nous découvrons sur place une jument de type espagnole, cachectique (maigre jusqu'à la fonte musculaire) et suitée d'un poulain de 3 mois environ. Bien sûr, notre volonté et celle de notre vétérinaire était de les ramener tous les deux au refuge afin de leur offrir les meilleurs soins et bien sûr, une excellente alimentation. Mais malheureusement, les choses ne se sont pas passées comme nous le souhaitions et la pauvre jument, à bout de force, s'est effondrée avant même que nous ayons pu l'embarquer dans notre van. Malgré la perfusion installée par Cécile et les injections multiples pour lui redonner quelques forces, elle n'a jamais pu se relever et c'est la mort dans l'âme que nous avons du laisser notre vétérinaire l'endormir et mettre fin à une vie de calvaire...

 

Elle laissait donc son poulain orphelin, le petit n'a que 3 ou peut-être 4 mois mais il était déjà bien débrouillard et, bien qu'ayant cruellement manqué de nourriture (sa mère n'avait déjà quasiment plus de lait), il est plutôt en forme bien qu'un peu maigrichon ! Nous l'embarquons alors dans le van, direction le refuge pour prendre soin de lui. Durant les premiers jours, nous essayons de le faire téter au biberon, un petit de son âge a besoin de calcium mais rien n'y fait, il refuse violemment nos tétines artificielles mais montre un grand appétit pour l'alimentation solide (foin et céréales). Nous mettons donc en place un régime adapté à sa croissance et notre joli poulain, que nous appelerons ESPOIR, semble s'adapter assez facilement à sa nouvelle vie, sans sa maman que nous n'oublierons jamais ...

 

Les mois et les années ont passé, Espoir a maintenant 3 ans ! Il est devenu un grand et superbe cheval, très typé espagnol, avec beaucoup d'allure et un charme fou ! Il est encore jeune et sa robe est encore grise mais progressivement, il s'éclaircit et d'ici quelques années, il est bien probable qu'il devienne aussi blanc que l'était sa maman ! Côté caractère, il nous en a fait voir de toutes les couleurs depuis son plus jeune âge ; comme tout adolescent, Espoir possède un tempérament bien marqué, un brin capricieux et très joueur ! Il a fallu beaucoup de temps et d'énergie pour l'éduquer et en faire un cheval docile et proche de l'homme, respectueux même s'il reste assez fougueux !

Au fur et à mesures des mois qui passent, Espoir grandit et change à vue d'oeil !

 

A 3 ans, il était temps pour lui d'entamer un véritable travail dans le but d'être débourré puis monté, cela ne faisait aucun doute qu'il deviendrait un merveilleux compagnon de loisir ! Au refuge, nous manquons de temps pour le dressage de nos jeunes chevaux et nous sommes ravis lorsque d'éventuels adoptants s'intéressent à eux ! Ainsi, en novembre 2016, nous faisons la connaissance d'un jeune homme et de sa famille, des gens adorables et grands connaisseurs des chevaux ; ils voulaient rencontrer Eureka, un autre jeune cheval de 3 ans, mais ce dernier était déjà réservé pour une adoption alors nous avons eu l'idée de leur présenter Espoir et là, ce fut le coup de foudre ! Notre beau garçon leur plait énormément, le feeling passe immédiatement entre lui et son futur cavalier et l'adoption est rapidement décidée et signée !

Le 20 novembre, nous embarquons donc Espoir pour l'emmener dans sa nouvelle demeure, à une cinquantaine de km du refuge. Comme souvent, Paula & moi sommes du voyage, tout se passe à merveille et nous arrivons dans une superbe propriété où un grand parc attend Espoir ! Il a même un box fabriqué exprès pour lui, avec une fenêtre donnant quasiment sur le salon de la maison ! Tout est parfait pour accueillir notre garçon qui se sent déjà très à l'aise. Il n'est d'ailleurs pas seul car il y a plusieurs autres chevaux dans les parcs autour de lui et, après un temps d'adaptation à son nouvel environnement, sa famille lui proposera sans doute un autre copain-congénère !

C'est en toute confiance que nous leur laissons le soin de s'occuper d'Espoir, ce sont des gens compétents et nous avons hâte de voir les premières photos avec un cavalier ! Chaque chose en son temps, le débourrage est une étape délicate et le nouveau "papa" d'Espoir souhaite avant tout travailler à pied avec lui, afin de créer une vraie complicité et amitié. C'est formidable, longue vie à toi mon beau, tes mois de misères sont bien loin derrière toi et une nouvelle vie commence ! Nous garderons contact avec ta famille, en souhaitant que tout se passe au mieux !

ZOE, un drame et des larmes...

Il y a des moment où la vie est tellement, tellement injuste. Et dégueulasse aussi. L'article qui va suivre sera sans doute le plus difficile à écrire que j'ai eu à faire sur ce site, à peine deux lignes rédigées et déjà ma gorge se noue.

Laissez-moi vous ramener quelques années en arrière, et rendre hommage à la plus belle et formidable des personnes que j'ai eu la chance, l'honneur de connaître dans ma vie.

Durant l'été 2011, nous accueillons une jeune fille au refuge, elle s'appelle ZOE, elle a 18 ans et souhaite faire quelques semaines de bénévolat. Très vite, elle et moi nous devenons très amies (n'oubliez pas que c'est Camille qui écrit!), nous avons le même âge, de nombreux points communs nous rapprochent et je comprends vite, à cette époque, que Zoé deviendra comme ma soeur. Elle n'est pas une adolescente comme les autres, quelques mois plus tôt, elle avait fondé sa propre association de Protection Animale chez elle, en Lozère, (AU PRE DE MON ARCHE) pour venir en aide aux très nombreux animaux abandonnés et maltraités dans une région alors dépourvue de SPA ou de fourrière ! Propriétaire, avec ses parents, d'une sacrée tribu avec 4 poneys, une dizaine de chats et quasiment autant de chiens, mais aussi une truie vietnamienne sauvée d'un triste sort et bien d'autres rescapés (rongeurs, oiseaux de basse-cour..). Et même un petit chevreuil sauvé des chasseurs et élevé par ses soins, au biberon !

 

Zoé ne devait rester que quelques semaines avec nous mais, fin novembre 2011, nous sauvions le petit BAMBINO, ânon orphelin de 4 ou 5 mois seulement, squelettique et dont le pronostic vital était engagé. Il fallait le nourrir au biberon et, à cette période, Paula était déjà bien occupée avec Bambou, un autre ânon orphelin que nous avions récupéré en septembre et qu'il fallait biberonner aussi ! De ce fait, Zoé s'est extrêmement attachée à Bambino, s'occupant de lui jours et nuits et ainsi, son départ fut bien repoussé!

Zoé et son Bambino chéri ! Sur ces photos, Bambino a 1 an, il est en pleine forme et bien loin du pauvre bébé mourant qu'il était en arrivant au refuge !

 

Bien sûr, elle rentrait chaque week-end chez elle afin de voir ses propres animaux, sa famille aussi ! , et puis continuer de gérer sa propre association. Une vraie vie de ministre qu'elle menait la tête haute, toujours avec la pêche et son caractère bien affirmé ! Un petit bout de femme avec une détermination incroyable et cette envie de changer le monde !

 

Les mois suivants furent formidables, sa bonne humeur et son sourire étaient très appréciés par tout le monde au refuge, notre amitié se renforçait chaque jour et nous avions d'ailleurs de grands projets d'avenir, tel que fonder notre propre refuge à la frontière Gard-Lozère, pour aider et sauver toujours plus de pauvres malheureux, nous étions elle et moi sur la même longueur d'onde et l'avenir semblait se parer de belles couleurs et de grandes histoires...

Malheureusement, le 1er novembre 2015, Zoé quitte précipitamment le refuge pour des raisons qu'il est inutile d'évoquer maintenant. Elle retourne dans sa montagne lozérienne, son association prend de plus en plus d'ampleur et les sauvetages se succèdent, nous sommes très fières d'elle et de son travail et, bien sûr, elle et moi ne perdons jamais contact !

 

Mais comme je le disais, la vie est parfois fichtrement pourrie et, suite à des soucis de santé et des examens médicaux, Zoé est diagnostiquée, fin août 2015, d'un cancer du sein très agressif et métastasé au foie. Cette annonce est un véritabe coup de massue pour tout le monde, sa famille bien sûr mais aussi tous ses amis, tant de gens qui l'aiment et l'admirent depuis de longues années.

S'en est suivie une année de soins très lourds, chimiothérapie, radiothérapie, opérations chirurgicales et multiples séjours à l'hôpital ... Via facebook, elle n'a jamais cessé de nous donner des nouvelles ; je dis "nous" car nous étions très nombreux à la soutenir autant que possible, à s'inquiéter, pleurer avec elle lors des mauvaises nouvelles ou bien rire lorsque les résultats étaient bons. Août 2016, l'oncologue la déclare en rémission, le cancer a "disparu", l'espoir revient et la vie reprend son cours... Zoé en profite pour réaliser ses rêves, partir en voyage, découvrir la Norvège (ou la Suède ?!), car après tout, la vie est courte...

La chimiothérapie t'a fait perdre tes longs cheveux, mais la coupe à la garçonne te va merveilleusement bien !

 

Mais ce merveilleux moment fut de courte durée, octobre 2016, les douleurs reviennent et les examens sont sans appel. Récidive. Enfer, pour elle, pour sa famille, pour nous, pour moi. Le combat reprend mais Zoé est fatiguée, usée du sort qui s'acharne sur toi. Puis tout va très vite, son état de santé se dégrade à grande vitesse, les médecins sont impuissants et peuvent juste apaiser ses douleurs.

Zoé décèdera le vendredi 25 novembre 2016, elle venait de fêter ses 24 ans quelques jours plus tôt.

Oui, je résume ses 15 mois de combats en seulement quelques lignes mais je ne m'étendrais pas d'avantage sur le sujet, c'est sa vie privée et ce site est loin d'être un lieu propice pour en parler, mais je dirais seulement que jamais, elle n'a abandonné. Malgré la fatigue, la douleur, la peur, le désespoir parfois... Toujours, elle gardait espoir ! Elle avait une rage de vivre absolument incroyable, elle n'a jamais baissé les bras, elle a géré son association et s'est occupée de ses animaux jusqu'au bout, elle a toujours eu des projets d'avenir et l'espoir de s'en sortir. Le combat était inégal mais nous sommes tous fières d'elle, de son courage et de sa force.

Bien sûr, je ne cesse de penser à ses parents, avec qui j'ai gardé contact, et ses deux frères, qui doivent désormais apprendre à (sur)vivre dans un monde sans Zoé...

Les animaux, c'était tout pour elle, ils ont d'ailleurs perdu une fidèle alliée et le monde de la protection animale a perdu une grande force. Pendant des années, Zoé n'a pas ménagé son temps ni ses efforts pour en sauver des centaines, chats, chiens, rongeurs, oiseaux, et même des hérissons, des écureuils, un chevreuil, et quelques chevaux. Puis elle remuait ciel et terre pour les replacer dans de nouvelles et excellentes familles, tout ça était géré avec beaucoup de sérieux et de maturité. Et comme si cela ne suffisait pas, elle donnait aussi de son temps pour d'autres associations, notamment les Crins de Liberté, association de protection du cheval située dans le Puy de Dome, sous la présidence de Jesahel Juignet, que nous connaissons bien nous aussi.

Au revoir, petit Soeur. Voilà 6 mois que tu n'es plus là mais ton souvenir est immortel. Ton oeuvre continue, Merci à Sophie Mouton qui a repris le flambeau d'Au Pré de Mon Arche, ainsi qu'à tous les donateurs et les bénévoles dévoués qui font que cette association perdure et perdurera.

 

Tu n'as toujours fais que le bien dans ta vie, tu étais un ange pour tous ces êtres abandonnés, tu étais ma soeur, mon âme-soeur, et merde, 6 mois après, tu me manques tellement, et ça fait toujours si mal... Je garderais éternellement en mémoire nos merveilleux fou rire, nos plus beaux souvenirs, et surtout tes formidables coups de gueule contre les "cons d'humains", comme tu disais...

Je t'aime, et ne t'oublierais jamais.

Camille

ENZO, petit âne martyr...

Zoé fut incinérée le 30 novembre, une journée éprouvante, nous étions tous là, ses amis, son entourage, ses proches, pour un ultime au revoir. Mais dans notre monde de la protection animale, les événèments se succèdent et nous laissent bien souvent assez peu de répit, comme pour nous dire que malgré tout, la vie doit toujours continuer.

Ainsi, une fois de plus, nous sommes sollicités par la DDPP afin de récupérer en urgence un petit âne blessé et très maigre. Le 1er décembre donc, Paula doit alors faire 50 km de route de montagne pour aller chercher le pauvre petit chou et sur place, elle comprend que la description que nous en avons eu est assez loin de la vérité. Ce bonhomme n'est pas "maigre" mais absoluement squelettique, il aurait 2 ans et présente une multitude de blessures, certaines graves avec des plaies profondes. Les clôtures en filin d'acier en sont responsables, ce petit âne ayant essayé à multiples reprises de les traverser pour manger l'herbe à l'extérieur. Nous ne nous éterniserons pas sur notre opinion concernant le propriétaire, un homme vraisemblalement peu soucieux du bien-être de ses animaux ; d'ailleurs il possède encore deux autres ânes (la mère et la petite soeur), dans un état préoccupant eux-aussi. La DDPP se chargera de faire un suivi pour eux, en espérant qu'avec cette surveillance et menace, ce monsieur prenne enfin soin d'eux...

Le petit bonhomme s'appelle Pipo mais cela ne nous plait pas tellement ; qui plus est étant donné son âge, il est né durant l'année des E donc nous le rebaptiserons ENZO ! Le retour au refuge se passe tant bien que mal, Paula doit rouler très doucement car Enzo tient à peine debout et il ne faudrait pas qu'il se blesse encore d'avantage dans le van !! Finalement, il arrive au refuge sans souci et toute l'équipe est sous le choc en découvrant ce pauvre petit être !

Le premier jour, nous lui laissons le temps de s'adapter mais dès le lendemain, les premiers soins d'urgence lui sont prodigués. Nous devons le doucher entièrement et le savonner à la bétadine, plus on cherche et plus on découvre des plaies sur les membres, sous le ventre, à l'encolure et même son anus est complètement déchiré.

 

Mais la blessure la plus grave est celle sur son postérieur droit, d'ailleurs il ne le pose quasiment pas au sol, il passe le partir, pauvre bébé... Après l'avoir bien douché et désinfecté, nous lui faisons ce qui se sera le premier pansement d'une longue, très longue série ! Heureusement, Enzo est adorable durant tous ces soins, il n'a certainement pas l'habitude d'être autant tripoté mais il se laisse faire quasiment sans broncher. Il faut dire aussi que la distribution de carottes durant les soins, ça aide à penser à autre chose !!! Bien sûr, un traitement antibiotique est mis en place.

Cet énorme chéloïde s'est formé à partir d'une plaie infectée, qui n'a jamais été soignée. Enzo en souffre énormément et garde souvent sa jambe en l'air. Situé sur l'articulation du jarret, nous ne pouvons qu'espérer qu'il n'y ait aucun dégât interne (tendon et os)

 

Il faut aussi le réalimenter progressivement, il est si maigre même si ce n'est visuellement pas flagrant avec son très épais poil d'hiver. Mais dès qu'on le caresse, on peut sentir tous ses os, chaque vertèbres et côtes, les hanches sont saillantes, son poitrail est très étroit, son encolure complètement démusclée... Mais le gaillard a de l'appétit et une féroce envie de vivre alors nous ne sommes pas trop inquièts, il devrait rapidement reprendre du poids !

Son plus grand plaisir, c'est grignoter le peu d'herbe que nous avons en cette saison !

 

Les semaines et les mois qui suivent sont bien rythmés par les pansements, les pansements et encore les pansements ! En effet, tous les jours, nous devons défaire le bandage de la veille, doucher et désinfecter, appliquer la pommade, bander à nouveau...Etc ! Enzo est toujours très sage même si parfois il s'impatiente et devient un peu plus turbulent, il faut dire qu'il est tout jeune et qu'à son âge, sa seule préoccupation devrait être de jouer avec des copains...

La guérison est très longue, une plaie sur une articulation est toujours difficile à soigner car c'est une zone en mouvement permanent. D'autant plus que lors de la cicatrisation, il y a toujours des démangeaisons et Enzo parvient parfois à arracher son pansement pendant la nuit et se gratte avec les dents, agrandissant alors sa blessure ! Mais nous n'abandonnons jamais ; petit à petit, le chéloïde diminue et, après plus de 6 mois de soins, les résultats sont formidables !

Le jarret d'Enzo n'a plus rien à voir avec ce qu'il était il y a 6 mois !

Il ne reste qu'une minuscule plaie ; nous devons néanmoins continuer encore les pansements quotidiens car la peau est très fine et fragile et elle pourrait à nouveau se déchirer lorsqu'Enzo se couche ou se gratte !

 

Toutes les autres blessures, plus superficielles, sont parfaitement cicatrisées. Enzo ne souffre plus du tout, il galope comme un fou sur ses 4 jambes et il est à ce jour en pleine forme, comme un âne de 2 ans et demi ! Il a aussi beaucoup grossi, il est tout rond et vraiment trop mignon ! Nous l'avons fait castré au printemps car évidemment, il était entier et, malgré sa petite taille, son tempérament s'affirmait un peu trop !

 

Nous adorons vraiment notre petit âne, certes il possède un sacré caractère (oui oui, les ânes son véritablement tétu, ce n'est pas un mythe !!!) mais c'est ce qui fait son charme et, avec sa bouille "à bisou", on ne peut que tout lui pardonner ! A ce jour, Enzo n'a que 3 marraines, il aimerait beaucoup en avoir d'autres (ou des parrains, bien sûr !) alors n'hésitez pas à nous contacter pour cela (petit rappel, un parrainage, c'est 20 € par mois et des nouvelles très régulières - par mail - de votre filleul !)

 

RAMDAM est adopté !

En mai 2006, nous réalisions une énorme saisie de plus de 40 chevaux Pur Sang Arabes, venant d'un élevage en Corrèze et leur propriétaire, Mr. Perrier, ne s'en occupait pas ! Les chevaux étaient livrés à eux-mêmes sur des terrains sans nourriture, peu d'eau et aucun soin. Tous présentait des pathologies plus ou moins graves, maladies de peau, plaies parfois très sérieuses. Tous étaient squelettiques, les juments poulinaient chaque année mais la plupart des poulains décédaient.

Parmi ce troupeau, il y avait néanmoins plusieurs jeunes chevaux qui avaient survécu, âgés entre 6 mois et 2 ans, mais dans un bien triste état. Maigres et carencés, infestés de vers, couverts de poux, de gale ou de teigne, blessés... La plupart craignaient l'homme, certains étaient quasiment sauvages et il a fallu beaucoup, beaucoup de patience et de travail pour donner confiance à tout ce petit monde.

Plusieurs années après la saisie, les chevaux ont tous bien changés ! Les adultes sont gros et en pleine forme, les poulains ont bien grandi, ils sont devenus très proches de l'homme et, petit à petit, la plupart ont été adoptés et profitent désormais d'une vie formidable dans une excellente famille (nous avons régulièrement des nouvelles de chacun !).

Dans le groupe, il y avait un beau jeune homme que nous avons appelé RAMDAM ! Il n'avait qu'un an lorsque nous l'avons récupéré, très maigre... En quelques mois, il a vite changé, repris des kg et après quelques traitements, sa maladie de peau n'était plus qu'un mauvais souvenir !

Lors de la saisie, mai 2006 Septembre 2006 Novembre 2006

 

Néanmoins, pour ce qui est de son caractère, il était l'un des plus timides, très distant envers l'homme voire même un brin agressif lorsqu'il avait peur. Immédiatement, il a été un coup de foudre pour Mady, notre amie et jeune bénévole (qui n'avait que 14 ans à l'époque !) et elle a commencé à s'en occuper plus particulièrement, lui accordant tout son temps, passant des heures et des heures avec lui pour l'apprivoiser ! Au fur et à mesure des mois, une réelle complicité s'est installée entre eux, Ramdam lui a très vite accordé sa confiance et tous les deux sont devenus inséparables ! Lorsqu'il a eu 3 ans, Mady a pu commencer à le débourrer et, très vite, il est devenu son excellent compagnon de balade !

Au fil des années, une relation très forte s'est créée entre eux, confiance mutuelle et un amour sans faille.

Un beau duo !

 

Ramdam est un cheval très sanguin, vif et fougueux, il a besoin d'un très bon cavalier capable de le canaliser. Il n'en est pas moins un cheval extraordinaire, bien dans sa tête et très intelligent, il aime apprendre et faire plaisir ! Durant des années, Mady s'est occupée de lui au refuge, elle a même pu l'accueillir en Famille D'accueil chez elle durant plusieurs mois mais les aléas de la vie ont fait qu'elle a du le ramener au refuge.

 

Enfin, le 8 décembre 2016, toutes les conditions sont réunies pour que Mady puisse accueillir Ramdam pour de bon ! Un très grand terrain, des box pour la nuit et bien sûr, un copain cheval puisque Mady est déjà propriétaire de Dubaï, son amour de gamin qu'elle a vu naître et grandir depuis juin 2012 ! Ramdam et Dubaï se connaissent déjà depuis des années, ils ont à plusieurs reprises partagé un parc, soit chez Mady soit au refuge lorsqu'elle travaillait ici ! Une chose est sûre : tous les deux s'entendent à merveille, des vrais frangins ! Face à cette situation sérieuse, Paula accepte de lui confier Ramdam, il sera tout proche du refuge (à peine 2 km!) et c'est en toute confiance que nous laissons Mady en prendre grand soin !

Ramdam et Dubaï sont inséparables. Très joueurs, leur complicité est visible !

 

Depuis, tout se passe à merveille. Ramdam est très heureux, en pleine forme et nous recevons des photos très souvent ! C'est une belle histoire d'amour qui se poursuivra, nous l'espérons, le plus longtemps possible !

On peut dire que Ramdam et Dubaï sont très heureux, aimés et choyés ! Ils reçoivent les meilleurs soins et profitent d'une vie dont beaucoup de chevaux seraient jaloux !!!

 

Une nouvelle maison pour JUMPER !

En cette fin d'année, les adoptions se succèdent et c'est au tour de notre Jumper de trouver une nouvelle famille ! Notre bonhomme vit au refuge depuis mai 2008, nous l'avions saisi dans un état épouvantable, il était chez un monsieur âgé et incapable de soigner ses animaux, dans un terrain plus proche d'une décharge que d'un parc pour chevaux ! Jumper partageait cet espace avec deux chèvres, un bouc et un mulet. Ces deux derniers ont été confiés et pour notre part, nous nous voyons confiés par la DDPP le poney et les chèvres.

Détritus en tout genre, bidons en plastique par dizaine, morceaux de ferrailles et autres palettes, grillage, planches de bois...etc

Un environnement très dangereux pour ces pauvres animaux.

 

Jumper était tellement maigre et surtout couvert de poux à un tel point qu'il a fallu le tondre pour le débarrasser de ces parasites !

 

Après quelques mois chez nous, notre adorable poney est méconnaissable ! Rond à souhait, en pleine forme et très sympa avec nous ! Nous l'adorons et c'est vrai que c'est pour cette raison que durant quelques années, nous avions fait le choix de ne pas le faire adopter.

 

Mais lorsque nous avons rencontré Hermine et ses enfants, nous sommes tombés sous le charme de cette formidable famille ! Ils habitent à quelques km seulement du refuge, possèdent déjà 2 ânes et une jument sur un très joli terrain et aimeraient adopter un poney pour compléter ce petit groupe. Jumper est un véritable coup de coeur pour eux et nous acceptons finalement de le leur confier, après tout il ne sera pas loin et nous pourrons le revoir !

Après signature du contrat, il ne reste plus qu'à l'emmener dans sa nouvelle maison et le 29 décembre, c'est chose faite ! Tout se passe bien, Jumper découvre avec curiosité son nouvel environnement et ses nouveaux copains. Les enfants sont ravis et ils vont le chouchouter, c'est certain !

Longue vie mon beau Jumpy, on t'adore et on garde contact avec ta famille ! D'ailleurs, nous recevons des nouvelles de temps en temps, tout va très bien !

Jumper est choyé par les enfants de la famille !

Des câlins, des caresses et des carottes... Tout ce qu'il faut pour rendre notre bonhomme le plus heureux !!

 

DALTON, dernière adoption de l'année !

L'année 2016 se termine en beauté avec notre dernière adoption ; celle de DALTON, notre si joli poney pie ! Quelques semaines plus tôt, une famille est venue en visite au refuge et nous ont expliqué qu'il possède un poney et lui recherche un compagnon car à deux, la vie est toujours plus chouette ! Nous leur présentons alors Dalton, il a 3 ans, il est très attachant et son tempérament de coquin et joueur le rend vraiment craquant ! Sa robe originale finit de convaincre cette famille car leur propre poney est pie noir ; du coup tous les deux formeront un duo génial !

 

Dalton vit au refuge depuis début novembre 2013 ; il avait à peine 6 mois lorsque nous l'avons récupéré avec sa maman TINA. Tina était très maigre, Dalton lui est bien rond car il tétait tout ce qu'il pouvait, ce qui ne faisait que faire maigrir encore d'avantage sa pauvre maman !!

 

Heureusement nous l'avons récupéré à temps, une bonne alimentation a pu rendre de belles rondeurs à Tina et Dalton n'a eu aucune séquelle ni aucune carence. Quelques mois plus tard, il est devenu un magnifique poney en pleine forme ! Quand il a eu environ un an, nous avons sevré puis castré notre Dalton, et commençait pour lui une nouvelle vie avec des copains poneys ! En juillet 2015, Tina, devenue superbe, a été adoptée dans une super famille et nous cherchions aussi une maison pour Dalton mais son petit défaut de "fugueur" nous a un peu bloqué car il fallait que les adoptants aient d'excellentes clotûres !

 

Avec cette famille, nous étions rassurés et, le 30 décembre, c'était le jour du départ pour notre Dalton, et le début de sa nouvelle vie ! Tout s'est passé à merveille, autant le transport que la présentation avec le poney déjà installé sur le terrain. Dalton se sent très bien ici et c'est en toute confiance que nous le confions à ces gens adorables.

Longue vie petit bonhomme !

Ainsi s'achève cette longue et tumultueuse année. Encore beaucoup d'événements durant ces 12 mois, de belles histoires mais aussi des drames et des pertes très difficiles. C'est ainsi notre quotidien, quoi qu'il en soit la vie doit continuer car le cheptel au refuge ne diminue pas et ces quelques 230 chevaux et autres animaux ont besoin de nous, mais aussi de vous !

Nous comptons sur vous pour ne pas nous oublier l'année prochaine, ni les années prochaines d'ailleurs ! Souvenez nous que que ce sont vos dons et votre générosité qui nous permettent de sauver et soigner tant de malheureux, pour leur offrir une nouvelle et belle vie ! Ils comptent sur vous !!

A très bientôt !

Camille ALVAN